Marine Marchande
Gazocean : Un CE sur le désarmement du méthanier Tellier

Actualité

Gazocean : Un CE sur le désarmement du méthanier Tellier

Marine Marchande

Un Comité d'Entreprise doit se tenir cette semaine à bord du méthanier Tellier, attendu aujourd'hui à Fos avec sa cargaison de Gaz Naturel Liquéfié (GNL). En avril, les représentants du personnel avaient appris que la direction de Gazocean (filiale armement de GDF Suez) comptait désarmer mi-2011 ce navire, en service depuis 37 ans. Or, la sortie de flotte du Tellier, dernier méthanier tricolore immatriculé au premier registre, va entrainer le licenciement de son équipage français. De plus, la direction souhaiterait coupler le plan de licenciement des marins du Tellier avec la suppression des postes de maistrance occupés par des personnels Français sur les GDF Suez Global EnergY, Provalys et Gazelys, navires qui ne sont pas immatriculés au premier registre mais au Registre International Français. Electriciens, électroniciens, gazistes, mécaniciens... Bien qu'immatriculés au RIF, les trois méthaniers, livrés en 2007 et 2008 par les chantiers de Saint-Nazaire, emploient en effet non seulement des officiers, mais également du personnel d'exécution français, soit 30 postes au total. Cet effectif sur les nouveaux bateaux avait, notamment, permis de compenser le désarmement du Descartes, vendu à l'été 2007 par Gaz de France. « Quand ces navires ont été livrés, nous avions obtenu de la direction qu'une maistrance avec des marins français soit maintenue sur les trois navires. Ce sont des compétences clés pour permettre de conserver le savoir-faire nécessaire à la maîtrise de toute la chaîne de transport et de gestion du gaz. En matière de sécurité, c'est également important car, avec les officiers, le contact est immédiat. De plus, nous croyons que des navigants employés directement par un armateurs sont plus intéressés à leur travail que des personnels issus d'entreprises de manning », explique-t-on à l'Union Fédérale Maritime CFDT.

Le méthanier Tellier (© : MER ET MARINE - YVES MADEC)
Le méthanier Tellier (© : MER ET MARINE - YVES MADEC)

Pour le syndicat, le désarmement du Tellier et la suppression de la maistrance, à laquelle il est farouchement opposé, sont des sujets totalement différents. « « Il n'y a aucune raison de raccorder le plan de licenciement lié au Tellier avec la question de la suppression de la maistrance sur les trois autres navires ».Dans ces conditions, les élus CFDT ont prévu de s'opposer à l'accord de méthode que doit proposer la direction en vue de mettre en place un Plan de Sauvegarde de l'Emploi, qui pourrait toucher au total une soixantaine de postes. « Nous sommes opposés à l'accord de méthode sur le PSE et nous voulons qu'un expert soit nommé par le CE pour mener une étude économique sur le coût des équipages. On est d'accord pour examiner la situation compte tenu de la sortie de flotte du Tellier, mais quand on voit les bénéfices que peut faire GDF Suez, le groupe peut faire un effort sur la maistrance ». Le syndicat, qui compte aborder ce dossier au cours d'une réunion du Conseil Supérieur de la Marine Marchande le 6 juillet, réclame par ailleurs que GDF Suez arme deux autres navires de sa flotte (qui compte 16 méthaniers et bientôt 17) sous pavillon français. « En 2007, lors du projet de fusion entre Gaz de France et Suez, on nous avait indiqué que 2 des 8 nouveaux navires commandés dans le cadre du développement de la flotte seraient immatriculés en France. Nous les attendons toujours ».
Pour mémoire, Gazocean est détenu à 80% par GDF Suez et à 20% par l'armateur japonais NYK. En dehors des Tellier, Energy, Gaselys et Provalys, elle gère également le GPLier Philippine, de Geogas.

Engie | Toute l'actualité maritime du géant de l'énergie