Offshore
Gazoduc EastMed : un nouveau trajet envisagé ?

Actualité

Gazoduc EastMed : un nouveau trajet envisagé ?

Offshore

Athènes et Le Caire échangent autour de la possibilité de modifier le tracé du gazoduc destiné à exporter 9 à 11 milliards de mètres cubes de gaz par an des champs méditérranéens, selon le media grec To Vima, repris par Euractiv. Selon le journal, les discussions ont eu lieu en novembre dernier, entre le président égyptien Abeld Fattah Al-Sissi et le premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, lors d’une visite officielle à Athènes.

Ainsi, au lieu de partir du champ israélien Leviathan (Noble Energy) pour gagner Chypre, puis la Grèce et enfin l’Italie, le gazoduc partirait des mêmes champs du bassin du Levantin mais passerait par l’Egypte, via un pipeline terrestre, avant de traverser la Méditerranée vers la Crète, court-circuitant Chypre. Il y a un an, Chypre, la Grèce et Israël avaient pourtant signé un important accord pour la construction de ce gazoduc en Méditerranée orientale. Un projet évalué entre 7 et 9 milliards d’euros pour franchir 1872 kilomètres (passant par des profondeurs proches de 3000 mètres) qui suscite d’importantes tensions avec la Turquie.

 

L'actuel tracé. (

L'actuel tracé. (©  VINCENT WISNIEWSKI)

 

En excluant Chypre, l’objectif serait justement d’écarter la Turquie qui contrôle le tiers nord de l’île depuis 1974 et cherche à faire valoir ses intérêts. Ankara refuse de reconnaître la Zone économique exclusive (ZEE) de Nicosie et mène des explorations dans ses eaux tandis que la marine turque harasse les navires d’exploration au sud de l’île. La Turquie argue régulièrement les droits des chypriotes turcs à profiter des ressources.

Nicosie a vivement réagi à ces affirmations de la presse grecque, niant l’existence d’un tel scénario, affirmant que les « plans pour le tracé d’EastMed n’ont pas changé ». La présidence chypriote, par la voix de son porte-parole, a rappelé que l’Union européenne finançait des études préliminaires sur le trajet via Chypre.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

- Voir notre analyse sur le conflit gréco-turc