Construction Navale
Genting : La candidature à abattre

Actualité

Genting : La candidature à abattre

Construction Navale

Un éventuel choix du tribunal de Séoul en faveur de Genting pour le rachat de STX France semble constituer la pire des hypothèses. A Paris, on la considère clairement comme le « scénario catastrophe » à éviter à tout prix. Basé à Kuala Lumpur, en Malaisie, où il a été créé en 1965, Genting est devenu un gigantesque conglomérat brassant des milliards de dollars. Son fondateur, Tan Sri Lim Goh Tong, qui en est toujours le président, a d’abord fait fortune dans les casinos, les parcs de loisirs, l’hôtellerie et les magasins. Implanté dans de nombreux pays, dont la Chine via Genting Hong Kong, devenu son bras armé, le géant asiatique s’est diversifié au fil des années dans de nombreux secteurs, comme l’agriculture, l’immobilier, l’énergie, l’industrie pétrolière et gazière, ou encore le commerce en ligne et les biotechnologies.

Depuis 1993 dans la croisière

En 1993, il s’est aussi lancé dans la croisière, en créant Star Cruises, leader du secteur en Asie, puis en prenant le contrôle en 2000 de l’armement américain Norwegian Cruise Line à la faveur d’un raid boursier. S’il s’est désengagé de NCL à partir de 2007, alors que la compagnie rencontrait d’importantes difficultés financières, Genting a récemment décidé de réinvestir, et ce massivement, dans la croisière. D’abord en créant une nouvelle compagnie, Dream Cruises, pour laquelle deux paquebots de 151.000 GT et 1674 cabines ont été commandés fin 2013 au chantier allemand Meyer Werft, qui a livré le premier il y a deux mois et achèvera le second à l’automne 2017. Début 2015, Genting a également racheté la compagnie de luxe américaine Crystal Cruises, détenue depuis sa création en 1988 par le Japonais NYK. La commande de paquebots et de navires d’expédition pour cette nouvelle filiale a rapidement été annoncée.

Quatre chantiers allemands rachetés

Les carnets de commandes des chantiers européens traditionnellement positionnés sur la croisière étant pleins, Genting a décidé de se doter de son propre outil de production. A cet effet, il a racheté en 2015 le chantier Lloyd Werft de Bremerhaven puis, en 2016, un autre constructeur allemand, Nordic Yards (rebaptisé MV Werften), alors détenu par des intérêts russes et qui compte trois sites à Wismar, Warnemünde et Stralsund. Une première vague d’investissement de 3.5 milliards d’euros pour ces quatre chantiers allemands a été annoncée par Genting au printemps dernier. Il y a là les futurs navires de luxe de Crystal Cruises, avec des

Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire