Science et Environnement
Gestion unifiée pour la flotte océanographique française

Actualité

Gestion unifiée pour la flotte océanographique française

Science et Environnement

Les navires de l'Ifremer, du CNRS, de l'IPEV et de l'IRD font désormais l'objet d'une gestion commune. Dans cette perspective, l'unité mixte de service (UMS) Flotte océanographique française a été créée le 2 mars pour une durée initiale de 4 ans. Son objectif est d'élaborer une programmation intégrée des navires et équipements lourds des différents oragnismes de recherches opérateurs des navires, tout en coordonnant les politiques d'investissement et d'anticiper le renouvellement de la flotte. Celle-ci compte actuellement six navires côtiers (L'Europe, Gwen Drez, Thalia, Côtes de la Manche, Tethys II et Haliotis), sept navires hauturiers (Marion Dufresne, Pourquoi pas ?, L'Atalante, Thalassa, Le Suroît, Antéa et Alis) et des engins sous-marins profonds (le sous-marin Nautile, le robot télé-opéré Victor 6000, des sonars remorqués, des équipements de sismique, de prélèvement et de carrotage).

Le sous-marin Nautile   (© :  IFREMER / Olivier DUGORNAY)
Le sous-marin Nautile (© : IFREMER / Olivier DUGORNAY)

Initié dans le cadre de la réflexion sur la stratégie nationale sur les moyens navals de recherche, cette nouvelle unité de service devrait permettre à l'océanographie française de garder sa position de tête au sein des flottes internationales ainsi que de permettre des avancées technologiques, notamment pour les systèmes sous-marins et de carrottage. Le ministère de l'Ecologie espère, ainsi, contribuer aux besoins croissants de la communauté scientifique, soulignés lors du Grenelle de la mer, particulièrement en matière d'observations de la circulation océanique et des phénomènes climatiques. La nouvelle UMS devrait également offrir un bon appui pour les partenariats existants notamment avec la Marine nationale (qui permet un accès au bâtiment hydro-océanographique Beautemps-Beaupré) ou avec d'autres pays européens, comme dans le cadre de l'Ocean Facilities Exchange Group. Le projet européen Eurofleets, en cours, devrait par ailleurs permettre de renforcer l'intégration européenne de la flotte.

Le Marion Dufresne(© :MER ET MARINE - YVES MADEC)
Le Marion Dufresne(© :MER ET MARINE - YVES MADEC)