Construction Navale
Giuseppe Bono fait chevalier de la Légion d’honneur

Actualité

Giuseppe Bono fait chevalier de la Légion d’honneur

Construction Navale
Défense

Le directeur général du groupe italien Fincantieri a intégré l'ordre français de la Légion d’honneur. Les insignes de chevalier lui ont été remis le 17 décembre par Christian Masset, ambassadeur de France en Italie, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée au Palais Farnèse, à Rome.

La coopération entre la France et l'Italie, a rappelé le diplomate français, a pris une nouvelle dimension sur le plan naval suite au sommet de Lyon, qui s’est déroulé en septembre 2017. Celui-ci a abouti à l’accord du gouvernement français quant à la reprise par Fincantieri des chantiers de Saint-Nazaire, ainsi que l’ouverture officielle des discussions en vue d’une alliance, dans le secteur militaire, entre Fincantieri et Naval Group. Rappelant l'engagement constant de Giuseppe Bono en faveur de la consolidation de l’industrie navale européenne, Christian Masset lui a témoigné « l'estime et la gratitude de la France », louant la « vision d'un homme passionné et fidèle aux valeurs communes qui unissent nos deux pays ».

 

Christian Masset remettant la légion d'honneur à Giuseppe Bono (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Christian Masset remettant la légion d'honneur à Giuseppe Bono (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Christian Masset remettant la légion d'honneur à Giuseppe Bono (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Christian Masset remettant la légion d'honneur à Giuseppe Bono (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Dans les faits cependant, la consolidation de l’industrie navale française et italienne en est encore au stade de projet. Sur le plan militaire, malgré l’engagement de Giuseppe Bono et d’Hervé Guillou, le patron de Naval Group, l’alliance est toujours en négociation et les Etats ont refusé d’aller aussi loin que le souhaitent les industriels. De plus, en attendant la concrétisation de ce rapprochement, les deux amis se livrent une farouche bataille sur le marché international. Quant aux Chantiers de l’Atlantique, la cession de la moitié des parts de l’entreprise à Fincantieri n’est toujours pas entérinée. Cela, bientôt 11 mois après la signature de l’accord de rachat entre le groupe italien et l’Etat français. 

Dans un contexte politique toujours très difficile entre la France et l’Italie, la remise de la Légion d’honneur à Giuseppe Bono peut cependant être interprétée comme un signal positif sur ce sujet. Faut-il y voir le fait que Paris, après des interrogations ces derniers mois quant à l’opportunité de poursuivre l’opération, a définitivement acté la cession de Saint-Nazaire, à laquelle ne s’opposent plus que les Allemands (voir notre article sur le sujet) ? Quant au naval militaire, si les discussions furent difficiles et l’accord moins ambitieux qu’espéré par Naval Group et Fincantieri, les industriels ont obtenu une base qu’ils comptent bien étendre à l’avenir.

Suite à sa décoration, Giuseppe Bono s’est en tous cas dit « honoré et extrêmement fier de recevoir un tel honneur ». Pour le directeur général de Fincantieri : « En Europe, nous devons consolider nos industries afin de les rendre compétitives avec le reste du monde, dans l’intérêt général. Dans ce domaine, la France et l’Italie sont au premier plan et je suis sûr qu’elles continueront de l'être ».

Giuseppe Bono, qui fêtera ses 75 ans en mars prochain, dirige Fincantieri depuis 2002, après être notamment passé par EFIM (groupe Fiat-Finmeccanica) et Finmeccanica dont il fut directeur général et où il a participé à la création du missilier européen MBDA.  

 

Fincantieri | Actualité du constructeur naval italien