Marine Marchande
GLD Lines : Une première liaison passagers entre Montoir et Gijon

Actualité

GLD Lines : Une première liaison passagers entre Montoir et Gijon

Marine Marchande

C'est donc bien sur un double marché, à la fois fret et passagers, que GLD Lines a décidé de se lancer avec l'ouverture des autoroutes de la mer entre la France et l'Espagne. La compagnie, exploitée en partenariat par Louis Dreyfus Armateurs et Grimaldi, ouvrira son service entre Montoir (port de Nantes Saint-Nazaire) et Gijon fin 2009/début 2010, avec un ferry du type Norman Voyager. Cette unité de 186 mètres pourra embarquer 150 pièces de fret et, avec une centaine de cabines, plus de 500 passagers. « Nous avons toujours défendu l'idée qu'il fallait faire du ropax (roulier passagers, ndlr). Les transporteurs espagnols sont généralement de petites entreprises et ne disposent pas d'une logistique importante. Ils ne sont pas encore prêts pour un service non-accompagné, c'est-à-dire où le chauffeur ne suit pas le camion. Il faut donc prévoir l'accueil des conducteurs. De plus, nous pensons qu'il peut y avoir un marché pour le tourisme entre l'Ouest de la France et l'Espagne, où des passagers sont prêts à passer en voiture. Le marché n'est en tous cas pas mûr pour faire du roulier pur », explique Pierre Géhanne, directeur général de Louis Dreyfus Armateurs.

Le retour d'expérience de Toulon - Civitavecchia

Promoteur depuis de longues années des autoroutes de la mer, destinées à désengorger les axes routiers, LDA, en partenariat avec Grimaldi, avait lancé en avril 2005 une première liaison de ce type entre la France et l'Italie. Un navire mixte, le Sorrento, assurait trois allers-retours par semaine entre Toulon et Civitavecchia (Rome). La ligne, après des débuts difficiles, avait finalement trouvé son équilibre en 2007. Mais les conséquences de la crise ont plombé l'exercice 2008, qui s'est révélé presque aussi mauvais que celui de l'année de lancement. En cause : l'effondrement des ventes de véhicules neufs, impactant directement les exportations de Peugeot (avec lequel GLD Lines avait un accord d'exclusivité pour le sud de l'Italie). Or, ces exportations assuraient le « fond de cale » du Sorrento. Ce dernier a, en effet, transporté en 2008 quelques 24.894 véhicules neufs, 7285 voitures de tourisme et 16.730 camions. Malgré des subventions (Etats, région, Europe) de l'ordre de 4 millions d'euros, la perte nette pour la compagnie s'est élevée à 10 millions d'euros en quatre ans. Dans le contexte économique actuel, GLD Lines a donc préféré suspendre la ligne fin février, dans l'attente de jours meilleurs. Or, c'est à peu près au même moment que le projet d'autoroutes de la mer franco-espagnoles a été lancé. « Toulon - Civitavecchia a été un laboratoire grandeur nature et nous nous servons de cette expérience pour Montoir - Gijon. Nous y avons constaté qu'il fallait un navire mixte, mais aussi des aides significatives afin de lancer un tel service », note Pierre Géhanne.

« L'idéal serait deux départs quotidiens »

Cette fois, les Etats français et espagnols ont, d'entrée de jeu, inclus une importante subvention aux deux ADM qui relieront Montoir et Le Havre à Vigo et Gijon. En tout, 30 millions d'euros sont prévus sur quatre ans. « Il faut saluer les Etats français et espagnols qui se sont engagés à soutenir l'entreprise avec des subventions conséquentes. Ils jouent vraiment leur rôle, car on ne peut pas exiger d'opérateurs privés qu'ils assument seuls un tel investissement ». Reste que l'ADM Transgascogne ne sera lancée, pour commencer, qu'avec un seul navire. Pourtant on se rappelle notamment que l'ancienne direction du port de Nantes Saint-Nazaire, farouche défenseur du projet, avait estimé que la ligne ne pourrait être efficace qu'avec un minimum de un à deux départs quotidiens, soit une flotte de quatre à six navires. Début 2010, le service de GLD Lines sera loin du compte, avec seulement trois départs de chaque port par semaine. Pour Pierre Géhanne, le problème est avant tout économique : « L'idéal serait deux départs quotidiens mais si on multiplie le service, on multiplie les pertes. C'est pourquoi les choses démarrent lentement, mais cela viendra. Nous avons prévu d'ores et déjà prévu de renforcer le service, qui montra en puissance avec un départ quotidien ». Dans le projet présenté mardi, à l'occasion de la signature par la France et l'Espagne de la convention officialisant la mise en service des ADM, l'autoroute Transgascogne sera exploitée pendant quatre ans avec un unique ferry. Puis, les années suivantes, la ligne proposera 7 départs par semaine depuis Montoir comme Gijon. Les navires assurant cette liaison seront exploités par une société baptisée Grimaldi Louis Dreyfus Atlantique (GLDA).

Louis Dreyfus Armateurs Port de Nantes Saint-Nazaire