Disp POPIN non abonne!
Construction Navale

Actualité

Gléhen : Avec un hall rehaussé, le chantier voit plus grand à Douarnenez

Construction Navale

La grande structure en acier ne peut échapper à quiconque approchant du port du Rosmeur. L’édifice s’impose au regard depuis la corniche. Le deuxième hall du chantier Gléhen est en cours de rehaussement. Il passera ainsi de sept à treize mètres sous crochet, pour atteindre une capacité similaire à celle du hangar principal mitoyen. De quoi permettre à l’entreprise de mettre à l’abri, pour les opérations de finition ou d’assemblage, des navires pouvant aller jusqu’à 38 mètres.

« Mieux maîtriser nos délais »

Ne plus être tributaire des conditions météorologiques : c’est l’objectif majeur de ces travaux réalisés sur ce hall 2. C’est qu’en hiver, il n’est pas toujours aisé de peindre ou de sabler en extérieur à Douarnenez… « Pouvoir rentrer les bateaux pour les finir à l’abri s’avère nécessaire : cela nous permettra d’être sereins jusqu’à la livraison du bateau et de mieux maîtriser nos délais, en améliorant aussi la qualité, toujours dans l’optique d’une meilleure satisfaction des clients », assure Pierre-Yves Gléhen, responsable de projets au chantier éponyme.

Les travaux lancés au cours de l’été doivent s’achever le mois prochain, la couverture étant posée dès la semaine prochaine. Cela tombe bien : le plan de charge de Gléhen est bien fourni pour les mois qui viennent. Le chantier construit, pour le compte de l’armement bigouden, le chalutier Bara XVII, sister-ship de 25 m du Bara-Breizh. La livraison est programmée pour le printemps 2019. Et au cours de ce mois de septembre, va être lancée la construction du premier des sept pousseurs de classe 6 tonnes (PC6) pour le compte de la Marine nationale.

Refontes de bateaux de pêche

Ces embarcations, d’une longueur de dix mètres pour 27 tonnes de déplacement, pourront atteindre la vitesse de huit nœuds à pleine charge et embarquer deux membres d’équipage et jusqu’à huit lamaneurs. Ce premier de la série, destiné à la Guyane, devrait être livré l’été prochain. Les livraisons des six autres unités s’étaleront de l’été 2020 au printemps 2021 dans les bases navales de métropole. Si l’on ajoute l’Oasis II, construit sur le site du Guilvinec pour l’armateur Julien Le Brun, cela fera trois bateaux livrés en quelques mois au printemps-été prochain. « En parallèle, nous faisons également beaucoup de réparation, plus précisément de grosses refontes de bateaux de pêche : plutôt qu’acheter du neuf, ces clients veulent transformer en profondeur un navire ancien », résume Pierre-Yves Gléhen. À Douarnenez, deux unités deviennent ainsi des coquilliers.

Un article de la rédaction du Télégramme

 

Gléhen