Construction Navale
Gléhen reçoit la superstructure d’une vedette à passagers
ABONNÉS

Actualité

Gléhen reçoit la superstructure d’une vedette à passagers

Construction Navale

Grandes manoeuvres, mardi au chantier Gléhen de Douarnenez. Il a reçu la superstructure d'un navire à passagers de 24 m qu'il construit pour les Vedettes de l'Odet. Un bateau de plus sur un plan de charge bien fourni avec trois chalutiers, en attendant de nouvelles réalisations pour la Marine nationale.

De Soudan au Rosmeur, c'est un convoi exceptionnel qui a traversé lundi la Bretagne, avec une arrivée marquante en soirée à Douarnenez, et une circulation un peu perturbée. Soudan, c'est ce petit bourg situé près de Châteaubriant, en Loire-Atlantique (44), où sont situés les Ateliers de constructions chaudronnées de l'Ouest (Acco). L'entreprise a construit pour le compte du chantier Gléhen les superstructures d'un navire à passagers. L'assemblage et la réalisation finale de ce bateau de 24 m en aluminium peuvent débuter à Douarnenez. Il viendra rejoindre la flotte des Vedettes de l'Odet, la compagnie implantée à Bénodet qui propose nombre de croisières en Sud-Finistère. Cette nouvelle unité pourra accueillir 200 passagers et devrait assurer les liaisons vers les Glénan. « Nous devons livrer cette vedette pour la saison estivale et, face à ces délais très courts, nous avons fait le choix de sous-traiter les superstructures avec Acco, que nous connaissons bien », indique Pierre-Yves Gléhen, responsable de projets au chantier éponyme.

 

 

Projet de rehaussement d'un hall

Pierre-Yves Gléhen était bien entendu présent mardi matin, à l'entrée du slipway, pour les grandes manoeuvres de grutage. La partie supérieure livrée la veille a été soulevée par-dessus le Corail, un chalutier-langoustinier dont la construction s'achève, avant d'être déposée sur le flotteur. Un assemblage parfaitement réalisé malgré le petit réveil du vent au cours des opérations. Celles-ci vont à présent se poursuivre dans le hangar, où les prochaines semaines s'annoncent intenses. La vedette passe de Soudan aux soudures ! L'actuel plan de charge du chantier Gléhen s'avère bien fourni. Le Corail, troisième d'une série de langoustiniers de 15 m construits pour des pêcheurs artisans bigoudens, en est au sablage et à la peinture. Il sera livré à Julien Le Brun au cours de ce printemps. Mais tout au long de l'année, il n'est pas toujours aisé de peindre et sabler en extérieur. C'est pourquoi l'entreprise souhaite rehausser le deuxième hall, celui situé côté Flimiou, au même niveau que le principal. Une étude est lancée en ce sens. « Pouvoir rentrer les bateaux pour les finir à l'abri s'avère nécessaire. Cela nous permettra d'être sereins jusqu'à la livraison du bateau et de mieux maîtriser nos délais », assure Pierre-Yves Gléhen.

 

(© LE TELEGRAMME - RODOLPHE POCHET)

(© LE TELEGRAMME - RODOLPHE POCHET)

 

Bientôt les pousseurs de la Marine nationale

Le chantier a également concrétisé un projet qui lui tient à coeur, au vu de son histoire : relancer la construction de bateaux de pêche au Guilvinec. Il a repris, en septembre, un hall de construction situé près du pont de Léchiagat. Après une mise aux normes, la construction de l'Oasis II, quatrième sister-ship de la série pour Julien Le Brun, a pu débuter. Toujours pour la pêche, Gléhen construit pour le compte de l'armement bigouden le chalutier Bara XVII, sister-ship de 25 mètres du Bara-Breizh. La livraison est programmée pour le printemps 2019. Avant cela, cette fois dans le domaine miliaire, le chantier aura débuté la production de sept pousseurs de classe 6 t (PC6) destinés à la Marine nationale. Ces embarcations d'une longueur de 10 m pour 27 t de déplacement pourront atteindre la vitesse de huit noeuds à pleine charge et embarquer deux membres d'équipage et jusqu'à huit lamaneurs. La réception du premier de la série est prévue pour l'été 2019 en Guyane, celles des six autres unités s'étaleront de l'été 2020 au printemps 2021 dans les bases navales de métropole. Entre le transport de passagers, la pêche et les bateaux gris, Gléhen sait se diversifier.

Un article de la rédaction du Télégramme

 

Gléhen