Construction Navale
Gléhen : Un plan de charge assuré au moins jusqu’en 2017

Actualité

Gléhen : Un plan de charge assuré au moins jusqu’en 2017

Construction Navale

Au chantier naval Gléhen de Douarnenez, l’année a été marquée par la livraison d’un bateau gris. Destinée à la Marine nationale, la Caouanne est un engin remonte filets utilisé en Guyane pour récupérer le matériel abandonné par les tapouilles qui pêchent illégalement dans les eaux françaises. « La Caouanne a été livrée cet été et assure dormais son service avec les félicitations de la Marine nationale en Guyane », souligne Yves Gléhen, qui se réjouit d’être parvenu à élargir l’activité du chantier sur le segment militaire. « Cette diversification est intéressante et nous continuons d’y travailler. Il faut être présent et nous répondons à tous les appels d’offres qui sont à notre portée. Malheureusement, nous n’avons pas décroché les nouveaux chalands multi-missions de la marine, mais nous travaillons sur un autre contrat ». 

 

La Caouanne dans les eaux guyanaises (© : MARINE NATIONALE)

La Caouanne dans les eaux guyanaises (© : MARINE NATIONALE)

 

Une embarcation d’instruction à l’hélitreuillage pour la marine

Après l’ERF, bateau de 23 mètres réalisé en aluminium, le chantier finistérien s’est en effet attaqué à la réalisation d’une autre unité militaire. Il s’agit cette fois d’une embarcation d’instruction à l’hélitreuillage de 23.5 mètres. La coque en aluminium sera retournée début 2016 puis recevra sa timonerie et le bloc avant, la livraison à la Direction Générale de l’Armement puis à la marine étant programmée fin 2016. Cet EIH est destinée à remplacer deux anciennes chaloupes trentenaires de l’Ecole navale et sera armée au profit du Centre d’Entrainement à la Survie et au Sauvetage de l’Aéronautique Navale (CESSAN) et de l’Ecole de Spécialisation sur Hélicoptère Embarqué (ESHE), implantés à Lanvéoc-Poulmic.

 

Un petit cargo pour les îles morbihannaises

Gléhen va, par ailleurs, construire un navire de charge pour l’armateur morbihannais Seaway. Long de 23 mètres pour une largeur de 8 mètres, ce petit cargo de 150 tonnes de port en lourd sera exploité à partir de Quiberon et éventuellement Lorient vers Belle-Ile, Groix, Hoëdic et Houat. Il acheminera du fret (matériaux de construction, conteneurs…) et ramènera les déchets des îles vers le continent.

Le marché de la pêche redémarre

En parallèle, le chantier, qui assure aussi des prestations de réparation navale au profit des pêcheurs à Douarnenez et au Guilvinec, continue bien entendu de travailler pour la pêche. Cette semaine, Gléhen livre d’ailleurs à Mickael Devarieux un chalutier-coquiller destiné à la Baie de Seine. Long de 11.99 mètres, Ma Désirade, c’est le nom de ce bateau, est immatriculé au Havre. Pour la suite, Yves Gléhen attend d’autres commandes et constate d’ailleurs que le secteur de la pêche est de nouveau actif. « Il était temps que ça recommence à bouger ! Nous avons notamment des demandes d’artisans pour des bateaux de 15 mètres et nous attendons la commande début 2016, par l’Armement Bigouden, d’un chalutier de 24.9 mètres ».

 

Ma Désirade (© : LE TELEGRAMME - THEO DU COUEDIC)

Ma Désirade (© : LE TELEGRAMME - THEO DU COUEDIC)

 

Le patron prépare sa succession

Comptant une cinquantaine de salariés et plus de 60 personnes avec les intérimaires lors des pics de charge, le chantier, spécialisé dans les coques en acier/aluminium et qui a de belles références en matière de vedettes à passagers, navires de servitude, bateaux de pêche et désormais dans le militaire, se porte donc bien. « Le plan de charge est confortable et notre visibilité va jusqu’en 2017, qui est même déjà bien avancée », se félicite Yves Gléhen, qui prépare tranquillement sa succession.

Une nouvelle page d’histoire va en effet s’ouvrir pour le chantier familial, créé en 1911. « Je reste président mais, après 53 ans passés à la barre de l’entreprise, je vais prendre la barre franche ! », sourit le patron. Alors que Gaël Guillemin vient d’être nommé au poste de directeur général, son fils Pierre-Yves Gléhen va intégrer la société en septembre 2016 après un cycle d’ingénieur à l’ENSTA Bretagne en alternance chez DCNS Lorient. La transition va donc s’opérer en douceur.