Offshore
Golfe du Mexique : La marée noire prend des proportions alarmantes

Actualité

Golfe du Mexique : La marée noire prend des proportions alarmantes

Offshore

Et si le gros de la pollution consécutive au naufrage, le 22 avril, de la plateforme Deepwater Horizon, ne se trouvait pas en surface, mais au fond du golfe du Mexique ? Samedi, le New York Times a rapporté que des scientifiques, travaillant à partir du navire de recherche Pelican, ont découvert la présence, à grande profondeur, de gigantesques plaques de pétrole. Selon le quotidien américain, certaines mesureraient une quinzaine de kilomètres de long pour 5 kilomètres de large, leur épaisseur atteignant une centaine de mètres ! Cette découverte tendrait à prouver que les fuites d'hydrocarbures sont bien plus importantes que les estimations fournies jusqu'ici (800.000 litres par jour). « Il y a une quantité abominable de pétrole dans les profondeurs en comparaison avec ce vous voyez à la surface. Il y a une énorme quantité de pétrole sur plusieurs couches, qui s'étagent sur trois, quatre ou cinq niveaux », explique une chercheuse dans les colonnes du New York Times. Selon certains scientifiques, la situation est « alarmante », ces nappes sous-marines pouvant littéralement asphyxier la faune et la flore marines.

Schéma de mise en place d'un riser  (© : BP)
Schéma de mise en place d'un riser (© : BP)

Outre les profondeurs du golfe du Mexique, la marée noire continue, évidemment, de menacer le littoral américain. Alors que l'inquiétude grandi, des boulettes de pétrole sont arrivées sur certaines plages de la Louisiane, de l'Alabama et du Mississippi. Mais, pour l'heure, le gros de la pollution en surface reste au large, où près de 200 navires sont mobilisés pour la contenir et récupérer le plus de pétrole possible. Le groupe britannique BP, pour le compte duquel le Deepwater Horizon était exploité, continue de son côté ses tentatives pour colmater les fuites sur la tête de puits, à partir desquelles les hydrocarbures s'échappent. Après l'échec du couvercle de confinement, BP a entrepris ce week-end d'insérer une conduite (riser) dans la tête de puits, située à 1500 mètres de profondeur, afin de pomper le pétrole et le ramener à la surface. Hier, les opérations de mise en place étaient en cours, des robots télé-opérés (ROV) tentant d'effectuer le branchement du riser.

Ramassage de boulettes à South Pass, en Louisiane  (© : DROITS RESERVES)
Ramassage de boulettes à South Pass, en Louisiane (© : DROITS RESERVES)

Accidents, pollutions