Offshore
Golfe du Mexique : La pose du dôme de confinement se solde par un échec

Actualité

Golfe du Mexique : La pose du dôme de confinement se solde par un échec

Offshore

BP a finalement enlevé le dôme de confinement mis à l'eau vendredi, dans le golfe du Mexique, pour contenir les fuites de pétrole provoquées par le naufrage du Deepwater Horizon, à 80 kilomètres au large de la Nouvelle-Orléans. Cette plateforme de forage, exploitée pour le compte du groupe britannique, a coulé le 22 avril suite à un incendie. Depuis, 800.000 litres de pétrole se déversent chaque jour dans le golfe du Mexique. En attendant de colmater les brèches, opération particulièrement complexe, BP a fait construire un dôme de confinement dont la partie supérieure présente une forme d'entonnoir. L'imposante structure, pesant une centaine de tonnes, a quitté Port Fouchon, en Louisiane, la semaine dernière, à bord du Joe Griffin.

Mise à l'eau du dôme (© : US COAST GUARD)
Mise à l'eau du dôme (© : US COAST GUARD)

Elle a ensuite été positionnée au dessus de la tête de puits, située à 1500 mètres de profondeur. L'objectif est d'emprisonner les hydrocarbures s'échappant du puits et de les pomper pour les stocker sur un navire en surface. L'opération ne s'est toutefois pas passée comme prévu. Une réaction chimique se produit en effet lorsque le pétrole très chaud jaillissant des profondeurs entre en contact avec l'eau de mer, très froide. Le choc thermique provoque la création de cristaux qui s'accumulent sur le haut du dôme de confinement, bouchant ainsi l'ouverture prévue pour l'évacuation du brut. Face à cette situation, BP a décidé de remonter le dôme et cherche de nouvelles solutions. Parmi les pistes évoquées figurent la possibilité de chauffer le dôme ou encore d'injecter du méthanol pour dissoudre les cristaux. La mise en oeuvre de ces nouvelles solutions n'est pas attendue avant plusieurs jours.

Enflamment d'une portion de la nappe (© : US COAST GUARD)
Enflamment d'une portion de la nappe (© : US COAST GUARD)

En parallèle, BP a entrepris le forage de puits secondaires, un chantier qui devrait prendre plusieurs mois. En attendant, la lutte contre la marée noire se poursuit en surface. Environ 200 navires sont mobilisés contre la pollution. Alors que des kilomètres de barrages flottants ont été disposés, l'enflamment contrôlé de petites portions de la nappe s'est poursuivi la semaine dernière. Vendredi, face à la progression du pétrole, les autorités américaines ont élargi la zone d'interdiction de pêcher. La nappe, qui a touché jeudi l'île de Freemason, dans l'archipel des Chandeleur menace toujours les côtes de la Louisiane, de l'Alabama, du Mississipi et de la Floride. Des boulettes ont été retrouvées pour la première fois, ce week-end, en Alabama. Par chance, les conditions météorologiques, favorables, devaient maintenir le gros de la nappe au large dans les prochains jours.

Pollution en mer et accidents