Offshore
Golfe du Mexique : L'entonnoir de BP semble fonctionner

Actualité

Golfe du Mexique : L'entonnoir de BP semble fonctionner

Offshore

Le dôme placé au dessus de la tête de puits d'où s'échappe depuis un mois et demi du pétrole semble fonctionner. A 1600 mètres de profondeur, cet entonnoir siphonne les hydrocarbures pour les transférer vers un navire situé en surface. Selon BP, le dispositif devrait permettre de réduire les écoulements à moins de 160.000 litres par jour, contre 2 à 4 millions actuellement. Pour cela, le système doit être optimisé pour que la récupération puisse augmenter progressivement. Il s'agit, notamment, d'éviter la formation de cristaux, qui avaient provoqué l'échec d'une première tentative avec un dôme de confinement. Hier, BP indiquait qu'environ 1.67 million de litres d'hydrocarbures avaient été captés samedi, contre 946.000 litres au cours des 24 heures précédentes. Mais la compagnie, comme les autorités américaines, se veulent prudentes, sans doute échaudées par les derniers échecs enregistrés. De plus, le dôme n'est qu'une solution provisoire, l'objectif restant de colmater la tête de puits, qui fuit depuis l'exposition de la plateforme de forage Deepwater Horizon, le 20 avril. Deux puits secondaires sont en train d'être creusés pour permettre de boucher définitivement la brèche. Mais les travaux, que l'on comptait voir achevés en juillet, ne le seraient finalement pas avant la mi-août.

Un pélican mazouté en Louisiane (© : US COAST GUARD)
Un pélican mazouté en Louisiane (© : US COAST GUARD)

La côte américaine face à la marée noire

Après plusieurs tentatives ratées, BP semble donc avoir remporté une première victoire avec son entonnoir. Le groupe britannique reste cependant sous pression face aux conséquences de la marée noire. Les dizaines de millions de litres de pétrole s'échappant dans le golfe du Mexique ont des conséquences de plus en plus graves pour l'environnement. Barrages flottants et produits dispersants n'y ont rien fait. Le brut arrive en quantités de plus en plus importantes sur la côte, souillant plages et marais. Alors que la Floride a été touchée pour la première fois vendredi, les autorités et les habitants de Louisiane font leur maximum pour réduire les effets du pétrole, qui a aussi atteint, dans une moindre mesure, l'Alabama et le Mississipi. Malheureusement, les hydrocarbures s'insinuent partout, notamment dans les célèbres bayous, abritant une faune et une flore très fragiles. Aux Etats-Unis, les télévisions diffusent des images tristement connues d'oiseaux mazoutés. Les pélicans, qui plongent dans la mer engluée pour attraper des poissons, font notamment les frais de la pollution. Et de plus en plus d'oiseaux sont recueillis dans des centres de secours ornithologiques, les pertes étant apparemment importantes.

Barack Obama est venu pour la troisième fois (© : US COAST GUARD)
Barack Obama est venu pour la troisième fois (© : US COAST GUARD)

Nouvelle visite de Barack Obama

Vendredi, Barack Obama a effectué sa troisième visite en Louisiane depuis la perte du Deepwater Horizon. Le président américain, dont la gestion de la crise ne satisfait pas une bonne partie de l'opinion publique américaine, a renouvelé son soutien aux populations sinistrées. « Même si je ne suis pas là, je pense à vous », a-t-il dit, tout en martelant que BP devait prendre en charge l'intégralité des frais occasionnés par la marée noire. Barack Obama ne s'est pas privé de rappeler le groupe britannique à ses obligations, d'autant qu'il est reproché à BP de dépenser des sommes importantes en publicité pour redorer son image. « Il y a des informations selon lesquelles BP aurait versé plus de 10 milliards de dollars à ses actionnaires. Après avoir vu que BP pouvait dépenser autant d'argent pour ses actionnaires et pour faire de la publicité, il n'est pas question d'entendre parler de chipotage pour l'indemnisation des pêcheurs et des petits commerçants du golfe ». Le président américain a assuré la pleine mobilisation de la Maison Blanche pour mettre le plus rapidement possible un terme à cette situation.

Accidents, pollutions