Divers
Google et Spot Image : Des vues par satellite encore plus précises mais des mises à jour à faire

Actualité

Google et Spot Image : Des vues par satellite encore plus précises mais des mises à jour à faire

Divers

Villes, quais, bassins et côtes à la loupe. Hier, Google a signé avec Spot Image un accord visant à améliorer la résolution des images de Google Earth et Google Maps. Ces deux services, lancés l'année dernière en France, permettent de visualiser, gratuitement, des images satellites à de nombreux points du globe. Progressivement, des vues prises par le satellite Sport 5 seront disponibles, à différents endroits du globe, avec une résolution de 5 à 2.5 mètres. Depuis hier, les premières images sont accessibles sur la France, la Belgique, le Luxembourg, l'Espagne et le Portugal. Indisponible auparavant, le port du Havre peut désormais être observé depuis le ciel. Si la résolution de l'image et les détails qu'elle procure sont assez remarquables, un oeil averti constatera, néanmoins, qu'il manque une infrastructure de taille : Port 2000 ! Malheureusement, de nombreuses vues ne sont pas récentes, certaines ayant manifestement plusieurs années. En dehors de ce « détail » normand, d'autres exemples sont facilement identifiables. Ainsi, à Nantes, le quai Wilson, déserté par le trafic maritime fin 2005, est toujours en activité.

Le Gaselys en construction, le Clemenceau à Toulon...

Non loin de là, à Saint-Nazaire, on remarquera au bassin de Penhoët le méthanier Gaz de France EnergY, au bassin C le Provalys et, en forme de construction... La partie avant du Gaselys, bateau aujourd'hui achevé et qui doit partir le 1er février en essais mer. Livré en juin 2006, le paquebot MSC Musica n'était, à l'époque, même pas assemblé. Plus au sud, à Toulon, on notera la présence d'un curieux porte-avions, le Clemenceau. Le désormais célèbre Q 790, qui n'avait pas encore réalisé son tour du monde lorsque l'image a été prise, n'est logiquement pas à Brest. La frégate Duguay Trouin, servant désormais de brise lame à Lanvéoc, est toujours accostée au niveau des épis porte-avions, là où le vieux Clem est aujourd'hui amarré. Malgré ce problème de mise à jour, ce service gratuit reste, néanmoins, un outil particulièrement intéressant. Il permet à tous de scruter, au plus près, nombre de villes, ports et bases navales, de Toulon à Brest en passant, bien évidemment, par la très secrète Ile Longue. Les amateurs de sous-marins pourront, d'ailleurs, s'amuser à deviner si le SNLE à quai est l'Inflexible, ou un bâtiment de la classe Triomphant...
_________________________________________________

- Accéder au site Google Maps