Vie Portuaire

Fil info

GPM Nantes Saint-Nazaire : La région pose ses conditions sur la gouvernance

Vie Portuaire

Alors que les collectivités locales ligériennes ont refusé de voter le budget du Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire, dénonçant le manque de moyens financiers de l’Etat, la présidente de la région des Pays de la Loire, Christelle Morançais, réagit aux déclarations du premier ministre concernant une éventuelle évolution de la gouvernance des ports français :

« Le Premier Ministre, Edouard Philippe, a affirmé aux Assises de la Mer, le 21 novembre dernier, au Havre, la volonté de l’Etat de lancer une stratégie portuaire ambitieuse pour notre pays. Je partage bien évidemment cette ambition car il est grand temps, en effet, après des années d’immobilisme, de redonner aux ports Français la place qui doit être la leur, dans la compétition maritime internationale.

Le Grand Port de Nantes Saint‐Nazaire, premier port de la façade atlantique et quatrième grand port maritime est, dans cette perspective, une pièce maîtresse qui doit jouer pleinement son rôle dans le développement de notre économie maritime.

Le Premier Ministre a souhaité également qu’une réflexion soit lancée avec les Régions, en particulier sur la gouvernance portuaire de Nantes Saint‐Nazaire, Bordeaux et La Rochelle, qui ne se situent pas, a‐t‐il précisé, sur les grands axes des trafics mondiaux.

Je rappelle que la Région des Pays de la Loire a, il y a plus d’un an déjà, affirmé sa conviction qu’un nouveau mode de gouvernance associant plus étroitement, à la stratégie portuaire, les collectivités territoriales au premier rang desquelles la Région était indispensable afin de favoriser une restructuration de l’activité portuaire et la mise en oeuvre d’une politique commerciale plus ambitieuse.

La Région des Pays de la Loire est donc disposée à engager cette réflexion avec l’Etat, avec lequel elle vient d’ailleurs de lancer l’Assemblée Régionale Mer et Littoral qui doit contribuer à fixer le cap de notre stratégie maritime. Mais l’Etat ne saurait engager cette réflexion sans préalablement tenir ses engagements en matière de financement des opérations de dragage nécessaires à l’accessibilité du grand port. De même, il ne peut proclamer d’un côté sa détermination à donner une impulsion nouvelle aux ports français pour qu’ils deviennent plus compétitifs, tout en adoptant une politique fiscale pénalisante soumettant le Grand Port Maritime à l’impôt sur les sociétés.

Ce sont précisément les raisons qui ont motivé la décision de la Région de ne pas voter le budget du Grand Port Maritime de Nantes Saint‐Nazaire à l’image des autres collectivités.

Je demande en conséquence, à l’Etat, de tout mettre en oeuvre pour que cette réflexion sur la nouvelle gouvernance que nous appelons de nos voeux et qui doit permettre de rendre le Grand Port Maritime de Nantes Saint‐Nazaire plus compétitif, soit lancée dans les conditions les plus favorables ».

Communiqué de la région des Pays de la Loire, 22/11/17

 

Port de Nantes Saint-Nazaire