Vie Portuaire
GPM Nantes Saint-Nazaire : le GNL a limité les baisses de trafic en 2020
ABONNÉS

Actualité

GPM Nantes Saint-Nazaire : le GNL a limité les baisses de trafic en 2020

Vie Portuaire

Le Grand port maritime de Nantes Saint-Nazaire a enregistré une baisse de ses trafics en 2020. La crise sanitaire a impacté l’ensemble des filières du port. Les premiers mois de 2021 ne sont guère meilleurs. Un article d'Hervé Deiss de Ports et Corridors

L’année 2020 a été tout aussi difficile sur les bords de la Loire que dans le reste du pays. Avec un trafic de 28 Mt, le Grand port maritime de Nantes Saint-Nazaire affiche une baisse de 8,8%. Les effets de la crise sanitaire se sont durement fait sentir. « La mobilisation des acteurs portuaires et la mise en place d’un plan de continuité ont permis d’atténuer les effets », souligne le Grand port maritime.

Une baisse moindre que dans les autres ports

La baisse générale des trafics reste malgré tout moins catastrophique que dans les autres établissements français, note la direction du port. La baisse de 8,8% doit être comparée aux diminutions à deux chiffres dans les autres ports français.

Port éminemment tourné vers l’énergie, Nantes Saint-Nazaire a pu gagner des parts de marché sur le GNL. Avec 8,8 Mt réalisées en 2020, le port ligérien a battu son propre record sur cette filière. « La forte progression de ces trafics démontre de la bonne performance technique de nos installations et des tarifs intéressants que nous proposons », explique le président du directoire du GPM, Olivier Trétout.

GNL: développer une activité de bunkering

Du GNL qui arrive principalement de Russie, des États-Unis, du Qatar et d’Afrique de l’ouest. Le port mise sur cette filière. « Nous pensons pouvoir arriver à un trafic de 10 Mt d’ici deux ou trois ans. Nous souhaitons investir sur différents dispositifs », continue le président du directoire. Déjà le port réalise des transbordements de navire à navire, il dispose d’une ligne de regazéification et, enfin, du transport de GNL par voie routière et ferroviaire. Dans le projet de développement de cette filière, le président du directoire envisage de devenir un centre de distribution pour les soutes. « Nous avons le potentiel pour entrer dans cette activité mais nous devons nous

Port de Nantes Saint-Nazaire