Marine Marchande
Grandes manoeuvres de sauvetage dans le Cotentin

Actualité

Grandes manoeuvres de sauvetage dans le Cotentin

Marine Marchande

De très importants moyens nautiques, aériens et terrestres ont été mobilisés hier dans le cadre d'ORSEC SAR 2011. Cet exercice de secours aux naufragés s'est déroulé au large de la commune de Dielette, dans la Manche. « Cet exercice s'inscrivait dans l'organisation définie par le dispositif ORSEC Maritime pour la partie maritime et par le plan de secours à naufragés de la préfecture de la Manche pour la partie terrestre. Il a impliqué tous les niveaux de l'organisation ORSEC, qu'il s'agisse des équipes de gestion de crise des préfectures, des centres opérationnels en charge de la gestion des interventions ou des équipes déployées sur le terrain. Cet exercice permet de tester la souplesse et le bon fonctionnement de son dispositif ORSEC. Il permet aussi à mettre en exergue les points d'effort et les difficultés rencontrées. Un débriefing se déroulera la semaine prochaine pour que les acteurs et les différentes cellules de gestion de crise puissent échanger et améliorer leur mode d'action », explique la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord, qui a organisé l'exercice.
De nombreux moyens ont été mobilisés, dont le Victor Hugo, de Manche Iles Express, avec à son bord une quarantaine d'élèves du lycée maritime et aquacole de Cherbourg-Octeville qui jouaient le rôle de passagers. Les moyens de sauvetage comprenaient trois canots des stations SNSM de Barneville-Carteret, de Goury et Dielette et deux hélicoptères (Dauphin de la Marine nationale et Dragon 50 de la Sécurité civile). Un poste médical avancé a été mis en place à Dielette par le SDIS, alors qu'une cellule de gestion de crise était active à la préfecture maritime, à la préfecture du département, au CROSS Jobourg et à la compagnie Manche Îles Express. Enfin, les personnels des services médicaux du centre médical des armées de Cherbourg, du SAMU de Granville et du SAMU du Havre étaient mobilisés. En tout, quelques 500 personnes ont participé à cet exercice majeur.

  (© : MARINE NATIONALE)
(© : MARINE NATIONALE)

Un scénario le plus réaliste possible

L'opération de sauvetage fictive a été réalisée suivant un scénario voulu comme le plus réaliste possible. Ainsi, le Victor Hugo a simulé peu après 10H30 une collision avec un objet flottant lors d'une liaison entre Dielette et Guernesey. Alors que la météo est mauvaise (vent de secteur sud-ouest pour 15 à 20 noeuds, mer 3-4, mauvaise visibilité par endroit. Température de l'eau à 15°), une importante voie d'eau se déclare. Le capitaine du navire alerte immédiatement le CROSS Jobourg, auquel il demande de l'aide. Dès l'alerte relayée, le préfet maritime met en action une cellule de gestion de crise. En relation permanente avec le CROSS Jobourg et Manche Îles Express, les secours ont été organisés. Une conférence téléphonique entre le Victor Hugo, le CROSS, le Centre de Consultation Médicale Marine (CCMM) de Toulouse et le SAMU de coordination médicale du Havre permet d'évaluer la situation des blessés, et il est décidé de dépêcher une équipe médicale à bord pour évacuer les urgences.

  (© : MARINE NATIONALE)
(© : MARINE NATIONALE)

  (© : MARINE NATIONALE)
(© : MARINE NATIONALE)

Les hélicoptères Dauphin et Dragon 50 se relaient pour hélitreuiller les équipes médicales du SAMU 50 et du centre médical des armées de Cherbourg. Malheureusement, deux blessés décèdent. Selon les médecins à bord, deux autres blessés réclament une évacuation d'urgence. Les hélicoptères procèdent aux évacuations. Pendant ce temps, le navire à passagers, dans un premier temps toujours manoeuvrant, réussi à contenir sa voie d'eau et se dirige vers Dielette. Vers 13H30, malgré le transfert d'une nouvelle motopompe par la SNSM, l'équipage ne parvient plus à assécher la voie d'eau. Le remorquage du bateau est alors décidé. En raison du mauvais temps sur zone, le canot tout temps de la SNSM de Goury, Mona Rigolet, a passé la remorque et a fait des tests de tensions pour ensuite laisser le Victor Hugo regagner le port de Dielette. Le dernier blessé de l'exercice a été pris en charge au poste médical avancé avant d'être transféré à l'hôpital de Cherbourg-Octeville. On notera que certains passagers fictifs du navire à passager avaient réellement subi les effets du mal de mer et les équipes de secours mis en place par le SDIS 50 pour accueillir les naufragés ont pu réellement recevoir quelques lycéens mis à mal.

  (© : MARINE NATIONALE)
(© : MARINE NATIONALE)

Sauvetage et services maritimes