Défense
Grandes manœuvres navales et amphibies de l’OTAN en Norvège

Actualité

Grandes manœuvres navales et amphibies de l’OTAN en Norvège

Défense

Bâtiments de projection, frégates, patrouilleurs, sous-marins, moyens aériens, unités terrestres… Pas moins de 15.000 militaires sont réunis en Norvège dans le cadre de l’exercice Cold Response, qui débutera demain après une dizaine de jours de préparation. Ces importantes manœuvres navales et amphibies, organisées par l’OTAN dans la région de Trondheim, rassemblent des unités provenant de 13 nations alliées (Allemagne, Belgique, Canada, Danemark, Espagne, Etats-Unis, France, Lettonie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni, Suède).

La marine française participe notamment avec la frégate anti-sous-marine Primauguet, l’aviso Lieutenant de Vaisseau Lavallée et semble-t-il un sous-marin nucléaire d’attaque. Le Standing NATO Maritime Group 1 est également présent, avec la frégate Alvaro de Bazan et le ravitailleur Cantabria de la flotte espagnole, la frégate britannique Iron Duke et les patrouilleurs lance-missiles norvégiens Storm et Steil. On notera aussi l'importante participation de la marine néerlandaise, avec ses deux transports de chalands de débarquement, le Johan de Witt et le Rotterdam, qui évoluaient le 25 février, dans le cadre de la phase préparatoire de Cold Response, dans la région d'Hartsad, au-delà du cercle polaire. 

 

Chars Leopard (© : ARMEE NORVEGIENNE)

Chars Leopard (© : ARMEE NORVEGIENNE) 

 

Prévu pour se dérouler jusqu'au 9 mars, cet exercice hivernal de grande ampleur organisé régulièrement par les forces armées norvégiennes avec le concours de l’OTAN, vise à entrainer les forces du pays dans le cadre d’opérations interarmées et interalliées en zone très froide. Les unités sont engagées dans des scénarios très réalistes reproduisant des opérations de combat de forte intensité avec menaces multiples, en particulier dans les domaines de la lutte anti-sous-marine et de la projection amphibie et aéromobile. Cela, dans un environnement rude et caractérisé par le littoral très découpé de la Norvège, dont les innombrables fjords offrent autant de lieux pour se dissimuler et attaquer.

En plus d’améliorer l’interopérabilité des forces de l’Alliance Atlantique et d’offrir un cadre d’entrainement unique et de très haut niveau, Cold Response constitue également une mesure de réassurance vis-à-vis de la Norvège. Le pays est en effet voisin de la Russie et les tensions entre Moscou et les Occidentaux y ont engendré des inquiétudes, comme ce fut également le cas pour les pays baltes, où l’OTAN a réalisé des manœuvres l’an dernier.

On notera en particulier que, dans cette perspective, la flotte française a, depuis plus d’un an, accentué sa présence dans le Grand Nord. La Marine nationale y ainsi, à plusieurs reprises depuis la fin 2014, dépêché des frégates, SNA et avions de patrouille maritime. 

Marine nationale