Divers
Greenpeace : Mobilisation internationale pour les militants de l’Arctic Sunrise

Actualité

Greenpeace : Mobilisation internationale pour les militants de l’Arctic Sunrise

Divers

A l’appel de l’organisation environnementaliste, plusieurs milliers de personnes se sont réunies samedi, dans 47 pays à travers le monde, pour protester contre la détention des militants de l’Arctic Sunrise. Ce navire de Greenpeace a été pris d’assaut le 18 septembre par les militaires russes après une action des écologistes contre une plateforme de Gazprom, sur laquelle ils ont tenté de monter pour dénoncer les dangers que l’exploitation offshore représente sur la faune et la flore polaires.

Alors que l’Arctic Sunrise a été remorqué à Mourmansk, où il est arrivé le 24 septembre, les 30 personnes présentes à bord, soit 28 militants et 2 journalistes, ont été placées en détention pour deux mois, le temps qu'une enquête soit menée. Selon Greenpeace, «  à ce jour,  la justice russe les a tous formellement inculpés pour piraterie en groupe organisé. Ils encourent jusqu'à 15 ans de prison pour avoir voulu s'interposer contre un crime environnemental ». L'association et la plupart de juristes internationaux contestent le chef d'inculpation, l'action contre la plateforme ne pouvant à priori être considéré, en droit, comme un acte de piraterie. Pour Greenpeace, qui réclame la libération immédiate de ses activistes et l'arrêt des forages en Arctique, « défendre le climat n'est pas un crime, c'est une nécessité ! »

Alors que l'Arctic Sunrise bat pavillon néerlandais, les personnes interpellées à bord du navire sont de différentes nationalités. On compte un Américain, deux Argentins, un Australien, une Brésilienne, six Britanniques, deux Canadiens, un Danois, une Finlandaise, un Français, un Italien, deux Néo-zélandais, un Polonais, quatre Russes, un Suisse, un Turc et un Ukrainien. Autant de pays qui sont donc concernés par cette affaire. 

 

 

(

(© GREENPEACE)

 

Greenpeace