Divers
Grenelle de la Mer : Des centaines de propositions remises à Jean-Louis Borloo

Actualité

Grenelle de la Mer : Des centaines de propositions remises à Jean-Louis Borloo

Divers

Après trois mois de travaux, les quatre groupes réunis dans le cadre du Grenelle de la Mer ont rendu, mardi, leurs rapports au ministre de l'Ecologie. Marins, acteurs de l'économie maritime, membres d'associations, scientifiques ou enseignants... Dans le prolongement du Grenelle de l'Environnement, Etat, collectivités locales, syndicats, patronat et ONG se sont réunis autour d'une table pour parvenir à faire plusieurs centaines de propositions. Objectif fixé : à partir d'un état des lieux partagé, dresser une liste de propositions de nature à favoriser une grande politique de la mer et du littoral et inscrire les activités maritimes dans une perspective de développement durable.


Quatre groupes de travail

Un groupe a travaillé sur la manière de développer harmonieusement le littoral en améliorant l'interface terre-mer. Ils ont également planché sur le développement d'activités maritimes compétitives et soutenables sur le plan environnemental. Le troisième groupe s'est attaché à la valorisation des métiers de la mer et l'attractivité des activités maritimes. Enfin, le dernier groupe travaillait sur la façon d'instaurer une nouvelle gouvernance aux niveaux infranational, national, européen et mondial. De toutes ces heures de discutions et de réflexions, de nombreuses idées ont émergé. « Je remercie tous les acteurs qui ont consacré un temps considérable, ont accepté de confronter leurs idées, n'hésitant pas à se remettre en cause, et ont été les porteurs de très nombreuses propositions, dont la majorité ont pu faire l'objet d'un consensus », souligne Jean-Louis Borloo.
Il est par exemple question de pêche, avec la possible expérimentation de zones faisant l'objet d'une gestion concertée associant scientifiques, associations de protection de l'environnement, syndicats, et élus locaux. Des propositions ont également été formulées en matière d'écolabélisation des produits de la mer. On parle aussi d'énergies renouvelables, par exemple en développant les hydroliennes, les usines marémotrices ou encore l'énergie thermique des mers (ETM). Le transport maritime n'est pas oublié, notamment parce qu'il assure l'essentiel du commerce mondial (90%) et des importations et exportations françaises (72% en volume). Des pistes sont évoquées pour concevoir les navires de demain, optimisés et plus respectueux de l'environnement. Le développement des ports apparait lui aussi comme crucial, l'offshore pouvant peut être répondre à certaines problématiques de leur croissance. Les propositions sont aussi nombreuses que variées.
Elles peuvent être consultées sur le site du Grenelle de la Mer.

Consultation des Français et table ronde finale en juillet


Après ce premier tour de table, Jean-Louis Borloo a lancé une grande phase de consultation des Français. A partir d'aujourd'hui, 18 réunions régionales seront organisées par les préfets et les maires, dont 7 outre-mer. Il s'agit avant tout de recueillir les avis sur les propositions des groupes de travail ainsi que sur les applications aux spécificités locales. Emergeront probablement de nouvelles propositions. Parallèlement à cette phase de concertation, le public peut s'exprimer, jusqu'au 24 juin, sur ces propositions et sur les thématiques, via des forums de discussion le site Internet du Grenelle de la Mer (*). Enfin, une vingtaine de conseils nationaux et d'institutions consultatives ont été saisis par le ministre pour avis sur les rapports des groupes de travail.
Une période de quelques jours après la phase de consultation du public sera nécessaire pour établir les synthèses de la consultation Internet et des réunions régionales, précise le ministère. « Cela permettra également aux parties prenantes d'en prendre connaissance en amont de la table ronde finale. Celle-ci se tiendra début juillet. Elle débouchera sur une série d'engagements précis, quantifiés et partagés ». Les mesures qui seront mises en avant doivent répondre à deux impératifs : L'efficacité, « car les engagements précis qui seront pris doivent permettre à la France de définir à terme, une stratégie nationale de la mer et du littoral qui s'inscrive clairement dans une perspective de développement durable » ; et la lisibilité, « car ces engagements doivent être compris de tous les Français. Il s'agira tant d'engagements à moyen et long termes, dont les effets se feront sentir progressivement, que de mesures immédiates ou d'applications et d'effets très rapides ».
____________________________________________________

- Accéder au site du Grenelle de la Mer

Grenelle de la Mer