Marine Marchande
Grenelle de l'environnement : Coup de pouce aux autoroutes de la mer ?

Actualité

Grenelle de l'environnement : Coup de pouce aux autoroutes de la mer ?

Marine Marchande

L'Assemblée Nationale a adopté le 21 octobre en première lecture la loi de programmation sur la mise en oeuvre du Grenelle de l'environnement. Le texte donne une priorité au développement des modes complémentaires à la route, comme les projets d'autoroutes de la mer sur les façades Atlantique et Méditerranée. Il en va de même fait de l'amélioration de la compétitivité des ports français dans la concurrence internationale. « L'esprit des premières phases du Grenelle et des processus de consultation, auxquels Armateurs de France et ses partenaires ont largement contribué, a été respecté », se félicite Armateurs de France, qui « salue l'engagement des députés sur ce projet majeur, fondateur d'une nouvelle dynamique économique, sociale et écologique ». L'organisation rappelle à cette occasion que « le transport maritime demeure le mode de transport le plus respectueux de l'environnement par rapport aux volumes transportés, avec 2 à 4 % des émissions globales de CO2 pour 90 % des échanges mondiaux ».
Si la loi issue du Grenelle de l'Environnement fixe des priorités, il conviendra néanmoins de voir, notamment au niveau des autoroutes de la mer, quels financements seront, au bout du compte, engagés. Une enveloppe de 80 millions d'euros est annoncée pour soutenir ces projets mais elle ne sera pas suffisante, loin s'en faut. Ainsi, pour le seul projet d'autoroute maritime transgascogne, entre Montoir et l'Espagne, la construction de six navires rouliers (transportant les remorques de camions) et l'adaptation des infrastructures est estimé à 400 millions d'euros. En plus des financements privés et étatiques, les promoteurs des ADM espèrent des aides européennes mais aussi une adaptation de la législation pour rendre la voie maritime plus attractive que la solution routière.

Divers marine marchande