Défense
Gros plan sur la marine allemande

Actualité

Gros plan sur la marine allemande

Défense

La Marine allemande, dont les zones d'activité ont beaucoup évolué depuis la chute du mur de Berlin, est maintenant appelée à intervenir loin de ses bases comme le montrent ses déploiements depuis 2006 au large du Liban dans le cadre de la FINUL (Force Intérimaire des Nations Unies au Liban) et depuis 2002 en Océan Indien dans le cadre de la mission Enduring Freedom au sein de la Task Force 150. C'est pourquoi ses programmes de constructions neuves sont assez différents de ce qu'ils étaient durant la guerre froide, pour tenir compte de ces nouvelles données.

Sous-marin du type 212 (© : BUNDESMARINE)
Sous-marin du type 212 (© : BUNDESMARINE)

C'est ainsi que les nouveaux sous-marins de type 212, en raison de leur système de propulsion anaérobie, peuvent se déployer beaucoup plus loin que leurs prédécesseurs du type 206. Quatre sont maintenant en service et deux autres ont été commandés en 2006, ces derniers étant légèrement plus grands et mieux équipés. ( 57.2 mètres contre 55.9 mètres et 1700 tonnes en surface contre 1500 tonnes). Ces navires disposent du système de propulsion en circuit fermé PERMASYN de Siemens (300 kW) avec 9 piles à combustible. Ce dispositif permet aux bâtiments, selon le constructeur, de franchir en plongée 3000 nautiques à 4 noeuds. L'armement des Type 212 comprend 12 torpilles lourdes DM-2 A 4 tirées depuis six tubes de 533 mm.

Frégate du type 124 (© : TKMS)
Frégate du type 124 (© : TKMS)

Avec ses sept frégates très récentes des types 123 et 124, la Marine allemande dispose maintenant de frégates d'intervention à vocation antiaérienne (124) ou polyvalentes (123). La première catégorie (classe Sachsen) compte trois bateaux de 143 mètres et 5600 tonnes en charge, livrés par les chantiers TKMS en 2004 et 2006. Elles sont dotées d'un système à lancement vertical VLS Mk41 avec 24 missiles SM-2 MR et 8 missiles ESSM-RIM 162B, 8 missiles antinavire Harpoon, deux systèmes surface-air RAM, une tourelle de 76 mm, deux canons de 27 mm, six tubes lance-torpilles et deux hélicoptères (Lynx puis NH 90). Côté électronique, les deux radars principaux, les APAR (radar multifonctions) et SMART-L (veille lointaine) sont fournis par Thales Nederland (TNL), de même que le système de combat (SEWACO FD).

Frégate du type 123 (© : BUNDESMARINE)
Frégate du type 123 (© : BUNDESMARINE)

Livrées entre 1994 et 1996, les quatre frégates de la classe Brandenburg (type 123) mesurent 138.9 mètres pour un déplacement de 5000 tonnes à pleine charge. Leur armement se compose de 4 missiles antinavire Exocet MM38, un système de lancement vertical VLS Mk41 Mod 3 avec 16 missiles à courte portée Sea Sparrow, deux systèmes RAM, une tourelle de 76 mm, deux canons de 27 mm, quatre tubes lance-torpilles et deux hélicoptères. La veille air est assurée par un radar LW-08 et la veille tridimensionnelle par un SMART-S, tous deux conçus par TNL.

Frégate du type 125 (© : TKMS)
Frégate du type 125 (© : TKMS)

La prochaine génération de frégates allemandes est dite de « stabilisation ». Commandées à TKMS en 2007, les quatre unités du type 125 sont destinées à remplacer les frégates du type 122 qui, malgré une nouvelle modernisation actuellement en cours, devront être retirées du service à partir de 2015. Les nouveaux bâtiments sont susceptibles de rester sur des théâtres éloignés pendant de longues périodes, deux équipages par navire se relayant tous les quatre mois. Livrables entre 2014 et 2017, ces unités de 143 mètres et 6800 tonnes embarqueront 8 missiles antinavire Harpoon, 2 systèmes RAM, 7 mitrailleuses de 12.7 mm et un canon de 127 mm. La mise en place d'une artillerie de 155 mm (MONARC), initialement prévue, a été abandonnée, de même que le projet de doter ces navires d'un lance-roquettes multiple. Ils pourraient, en revanche, recevoir à l'avenir des missiles de croisière Taurus (portée de 350 kilomètres). Côté électronique, les frégates du type 125 disposeront d'un radar de veille air TRS-3D (EADS) avec quatre antennes planes réparties sur les mâtures avant et arrière. Le système de veille infrarouge SIMONE (ship infra red monitoring observation and navigation equipment) de Diehl BGT Defence dispose quant à lui de deux modules de cinq capteurs placés de chaque bord sur les parois du hangar hélicoptère et de quatre modules monocapteurs placés sur l'abri de navigation et le mât arrière. L'ensemble offre une veille permanente à 360 degrés. Les contre-mesures comprennent, notamment, quatre lance-leurres MASS conçus par Rheinmetall. On notera que les bâtiments disposent de quatre embarcations rapides pour commandos (classe des 10 mètres) logées dans quatre niches, à raison de deux sur chaque bord. Les Type 125 sont également conçues pour déployer 12 drones Seefuchs de chasse aux mines.

Corvette du type 130 (© : BUNDESMARINE)
Corvette du type 130 (© : BUNDESMARINE)

Dans la catégorie des corvettes, destinées à remplacer les patrouilleurs lance-missiles déjà désarmés ou vendus - et qui avaient été conçus spécialement pour la Baltique -, Trois des cinq unités du Type 130, commandées en 2001, seront opérationnelles d'ici début 2009. La tête de série, le Braunschweig, a été mise en service le 16 avril dernier, avec près d'un an de retard. En raison de leur tonnage beaucoup plus élevé, ces corvettes pourront se déployer plus aisément que les anciens patrouilleurs dans des zones lointaines. Longues de 89 mètres pour un déplacement de 1840 tonnes en charge, les Type 130 embarquent quatre missiles antinavire RBS-15 Mk3, 2 systèmes RAM, un canon de 76 mm et deux canons de 27 mm et disposent d'une capacité de mouillage de mines. Elles sont, par ailleurs, dotée d'une plateforme hélicoptère et d'un petit hangar pouvant abriter deux drones. Le remplacement du système RAM situé à l'arrière par un lance-leurres anti-torpilles TAÜ est prévu (deux lance-leurres MASS sont déjà en place). En matière d'électronique, le radar principal est un TRS-3D et le système de combat est dérivé du SEWACO FD des frégates du type 124. Pour remplacer les dix patrouilleurs lance-missiles du type 143A qui resteront en service jusqu'en 2015, une série de corvettes du type 131 pourrait être commandée dans les années à venir.

Chasseur de mines allemand (© : BUNDESMARINE)
Chasseur de mines allemand (© : BUNDESMARINE)

La force de guerre des mines allemande a légèrement diminué avec la vente de deux chasseurs de mines du type 332 aux Emirats Arabes Unis en 2006. Cependant, les dix chasseurs du type 332 et les dix chasseurs-dragueurs des types 333 et 352 ont tous été modernisés ou vont l'être d'ici 2010 en raison de l'abandon du programme MA 2000 qui prévoyait un renouvellement partiel de la composante anti-mines. Six drones de surface anti-mines devraient être néanmoins commandés aux chantiers Peenewerft de Wolgast.

Le pétrolier Berlin (© : BUNDESMARINE)
Le pétrolier Berlin (© : BUNDESMARINE)

Enfin, dans le domaine des navires auxiliaires, la commande d'un troisième ravitailleur polyvalent du type 702 n'est plus certaine, bien que l'efficacité des deux premiers de la série (les Berlin et Frankfurt am Main) ait clairement démontré le bien fondé de leur construction.
_______________________________________________

Tour d'horizon réalisé avec le soutien de Bernard Prézelin, auteur de FLOTTES DE COMBAT 2008, où vous pouvez retrouver tous les navires et équipements de la marine allemande.