Défense
Gros plan sur les futurs ravitailleurs de la marine française
ABONNÉS

Actualité

Gros plan sur les futurs ravitailleurs de la marine française

Défense

Précédemment connu sous le nom de FLOTLOG (pour Flotte Logistique), le programme des quatre nouveaux bâtiments ravitailleurs de force (BRF) de la Marine nationale a été notifié le 30 janvier à un groupement d’entreprises constitué des Chantiers de l’Atlantique (mandataire) et de Naval Group. Le montant du marché, qui comprend également le maintien en condition opérationnelle des bateaux pendant six ans, s’élève à près de 1.7 milliard d’euros selon le ministère des Armées. Avec une bonne surprise: la commande ferme porte sur les quatre BRF, alors que le dernier devait au départ faire l'objet d'une option à affermir ultérieurement. 

Un programme franco-italien géré par l’OCCAR

Le contrat a été signé entre les industriels et l’Organisation conjointe de coopération en matière d’armement (OCCAR). Après les frégates FREMM, celle-ci gère sous bannière européenne, pour le compte de la Direction Générale de l’Armement (DGA) et son homologue italienne (NAVARM), ce nouveau programme résultant d’une coopération entre la France et l’Italie.

 

Un nouveau programme géré par l'OCCAR (© DR)

Un nouveau programme géré par l'OCCAR (© DR)

 

Plutôt qu’un projet purement national comme initialement prévu, le ministère français des Armées a en effet choisi de coopérer avec son homologue italien en profitant du fait que ce dernier avait déjà lancé un programme de nouveau ravitailleur pour la Marina militare. Son nom, LSS (Logistic Support Ship), a été donné au nouveau programme binational, qui intègre le navire italien en cours d’achèvement chez Fincantieri, le Vulcano, et les futures unités françaises, basées sur son design mais adaptées aux besoins de la Marine nationale, en particulier des capacités plus importantes pour le soutien du groupe aéronaval emmené par le porte-avions Charles de Gaulle. 

 

Vue de la version italienne du LSS sur laquelle est basée le Vulcano (© FINCANTIERI)

Vue de la version italienne du LSS sur laquelle est basée le Vulcano (© FINCANTIERI)

Version française du LSS allant donner naissance aux BRF (© CHANTIERS DE L'ATLANTIQUE)

Version française du LSS allant donner naissance aux BRF (© CHANTIERS DE L'ATLANTIQUE)

 

Plus gros que le Vulcano italien

Il en résulte des bâtiments au design légèrement différent dont nous vous présentons dans cet article les premières images, sachant que l'architecture devrait encore un peu évoluer d'ici la revue de projet finale, attendue d'ici 2020. Les BRF seront plus gros que le Vulcano italien, navire de 193 mètres de long pour 24 mètres de large et 23.500 tonnes de déplacement en charge. Les unités françaises verront leur longueur atteindre 194 mètres, pour une largeur de 27.4 mètres, une jauge de 28.700 GT et un port en lourd de 14.870 tonnes, contre un peu plus de 10.000 pour leur cousin italien. 

Les futurs bâtiments logistiques français, qui seront comme le Vulcano des navires à double coque afin de répondre à la règlementation internationale sur les pétroliers, auront un tonnage à pleine charge de 31.000 tonnes (environ 16.000 lège), ce qui en fera les plus lourdes unités de la flotte après le Charles de Gaulle. Leur capacité d’emport sera de 13.000 m3 de carburant, avec des soutes mixtes aptes à stocker aussi bien du

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française Chantiers de l'Atlantique | Toute l'actualité des chantiers de Saint-Nazaire Naval Group | Actualité industrie navale de défense