Pêche
Gros travaux de modernisation en vue pour le port de pêche de Lorient

Actualité

Gros travaux de modernisation en vue pour le port de pêche de Lorient

Pêche

La modernisation de Lorient Keroman, premier port de pêche français se poursuit. Porté par le syndicat mixte, un plan d'investissements de près de 30 M€ va être déployé, d'ici 2022, pour le développement de Keroman. Le point avec Jean-Paul Solaro, nouveau président de la SEM Keroman. 

1. Moderniser et anticiper « Tous les arbitrages ne sont pas encore faits », prévient Jean-Paul Solaro, le nouveau « capitaine » du port de pêche et de l'aire de réparation navale de Keroman. Le président de la SEM, gestionnaire et exploitant de Keroman, confirme cependant « un plan pluriannuel de 30 M€ sur quatre ans » engagé par le syndicat mixte du port, qui réunit la Région Bretagne (propriétaire) et Lorient Agglomération. De quoi poursuivre la modernisation des infrastructures du premier port de pêche français. L'un des gros morceaux de ces investissements (12 M€) concerne la distribution de l'eau de mer aux professionnels du port : station de pompage, de stockage et de traitement avant rejet sont au programme. Sans compter la refonte complète du système de canalisations. « Mon message est clair », souligne Jean-Paul Solaro : « Keroman est une place commerciale et de services qu'il faut développer. À nous d'anticiper sur ce qui n'existe pas encore ». Ainsi, le nouveau bâtiment Europêche, livré d'ici avril, dispose d'une chambre froide négative (- 18ºC), par exemple. De même, les deux tours à glace du port vont être « revues » : l'une va être remise à niveau et l'autre verra sa capacité doublée. Une réflexion est également menée sur la modernisation des viviers à crustacés. Autre investissement conséquent : l'informatique avec, notamment, le déploiement d'un ERP, système d'information qui permet de gérer et suivre, au quotidien, l'ensemble des informations et des services opérationnels du port. « Ce sont des investissements moins visibles mais très importants », souligne Jean-Paul Solaro. Amélioration des préventes, fiabilisation des transactions, traçabilité accrue, « c'est essentiel pour développer les ventes ». 

2. La glacière démolie à l'horizon 2020 « Le métier de base ici est lié à l'halieutique », reconnaît Jean-Paul Solaro. « Mais le développement du foncier est complémentaire pour l'attractivité du port ». D'autant que la SEM Keroman gère une concession de 55 ha. Il s'agit de répondre aux demandes d'installation et d'agrandissement des entreprises. Cela passe par un vaste programme de démolition « pour lequel nous avons le soutien financier de la Région et du syndicat mixte ». Ce sont les îlots D, déjà en partie démolis l'an dernier, et A (ancienne glacière et anciens ateliers mécaniques) qui bénéficieront en premier lieu des travaux de démolition les plus importants. La disparition de l'ancien frigorifique, à l'horizon 2020, se confirme. Un schéma directeur devrait définir, d'ici l'été, les grands axes de réaménagement de la pointe de La Perrière. À l'étude aussi, en partenariat avec la Sellor notamment, l'aménagement et la réfection de l'îlot S, un lieu « mixte » partagé entre Keroman et Lorient-La Base. 

3. L'ARN consolidée et étendue Keroman, c'est aussi une aire de réparation navale (ARN) dont l'activité est en constante augmentation. Côté Lorient (la SEM gère, depuis un peu plus d'un an, un second espace dédiée à la réparation navale rive gauche du Scorff), une enveloppe de 3,3 M€ va permettre de refaire la dalle de l'ARN mais aussi de démolir les bâtiments attenants à la cathédrale ouest. Cathédrale qui va, elle-même, être aménagée pour permettre aux professionnels de stocker des navires et d'intervenir sous abri. En complément, « l'acquisition d'un engin de manutention des bateaux est prévue », annonce Jean-Paul Solaro.

Un article de la rédaction du Télégramme

 

Port de Lorient