Défense
Grosse opération de déminage en mer d'Iroise

Actualité

Grosse opération de déminage en mer d'Iroise

Défense

Pas moins de 8 bâtiments anti-mines se sont relayés, durant dix jours, en grande rade de Brest et en mer d'Iroise. Mission de soutien à la force océanique stratégique (FOST), qui regroupe les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) basés à l'Ile Longue, l'opération Damier 08/02 vise à maintenir l'entraînement des forces de guerre des mines. A Brest, la mission première de cette force est, en effet, la sécurisation des chenaux utilisés par les SNLE lors de leurs transits entre leur base de Brest et la haute mer. Car, sans l'action des chasseurs, remorqueurs de sonars et plongeurs démineurs, les accès au repère des sous-marins ne peuvent être sécurisés. Cela constituerait donc une vulnérabilité importante dans le système français de dissuasion nucléaire.
L'opération consistait donc à déblayer en un minimum de temps des zones d'accès aux différents sites portuaires militaires de la rade de Brest. Ces manoeuvres ont également permis « de consolider la connaissance des fonds dans ces zones, d'apprécier les performances des unités dans des conditions très variables et de confirmer la faisabilité de la mission dans un délai court avec un pourcentage de réussite élevé », souligne la Marine nationale.
Damier a fait son apparition il y a une vingtaine d'années à raison de deux opérations par an. Celle qui s'est déroulée du 29 septembre au 10 octobre était la 37ème du genre. Ont été impliqués les chasseurs de mines Andromède , Céphée , Eridan , Lyre , Persée et Sagittaire ; le groupe de plongeurs démineurs de l'Atlantique et son bâtiment base le Styx , le bâtiment remorqueur de sonar Aldébaran , et le bâtiment de soutien, d'assistance et de dépollution Alcyon qui faisait office de mouilleur de mines.

Pour la petite anecdote, avant la modernisation des chasseurs de mines français (achevée fin 2005), les opérations de chasse aux mines s'effectuaient par carreau de référence (2 nautiques sur 2) d'où l'appellation Damier. Si le nom est conservé, aujourd'hui la chasse est réalisée selon un découpage des zones différent, qui prend en compte des aspects tactiques et techniques liés aux performances des nouveaux sonars, dont le SPIV (sonar propulsé à immersion variable).

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française