Défense
Grosse saisie d’armes sur un bateau de pêche en océan Indien

Actualité

Grosse saisie d’armes sur un bateau de pêche en océan Indien

Défense

(Publié le 07/03/16) Près de 2000 fusils d’assaut AK-47, 49 mitrailleuses PKM, 100 lance-roquette, 20 mortiers… Les marins australiens de la frégate HMAS Darwin sont tombés sur un véritable arsenal en contrôlant un bateau de pêche en océan Indien. Celui-ci se trouvait à 170 milles des côtes omanaises lorsqu’il a fait l’objet d’une inspection dans le cadre des actions menées par la TF 150, force navale internationale déployée en océan Indien pour lutter contre le terrorisme et les trafics illicites.

 

Le HMAS Darwin (© RAN)

Le HMAS Darwin (© RAN)

 

Selon la marine australienne, la cargaison a été récupérée sur la base des sanctions des Nations Unies  autorisant les saisies en haute mer pour les armes destinées à la Somalie.

La provenance de ces armes n’a pas été communiquée et on ne connait pas leur destination finale. Elles pouvaient à la fois servir aux milices et terroristes oeuvrant en Somalie et plus largement sur le continent africain, mais aussi être destinées, par une autre route, à rejoindre éventuellement d’autres zones, comme le Yémen tout proche.

 

 

Le bateau de pêche qui transportait les armes (© RAN)

Le bateau de pêche qui transportait les armes (© RAN)

 

 

Les armes entreposées dans le hangar du HMAS Darwin (© RAN)

Les armes entreposées dans le hangar du HMAS Darwin (© RAN)

 

Les pays engagés dans la Task Force 150, activée en 2011 suite aux attentats du 11 septembre, maintiennent en tous cas la pression sur l’océan Indien et la mer Rouge. « Le succès de la saisie par le Darwin d’un important stock d’armes dissimulé sous les filets d’un bateau de pêche démontre la nécessité de rester vigilant », affirme le vice-amiral David Johnson, chef des opérations de la Royal Australian Navy.

En plus des trafics d’armes, qui alimentent le terrorisme, les marines engagées dans la TF 150 ont également pour mission de lutter contre le narcotrafic. Des actions sont notamment menées contre la « route de l’héroïne », qui voit la drogue produite par les talibans afghans acheminée par l’océan Indien jusqu’en Tanzanie et au Kenya, où elle irrigue ensuite les réseaux africains et remonte vers l’Europe (8 saisies pour près de 2 tonnes d’héroïne ont été réalisées en 2015). 

 

Marine Australienne | Actualité de la Royal Australian Navy