Marine Marchande
Guardex : Comment traiter l'urgence sur un navire de 5000 passagers ?

Actualité

Guardex : Comment traiter l'urgence sur un navire de 5000 passagers ?

Marine Marchande

La France préside depuis le début de l'année le forum des gardes-côtes de l'Atlantique Nord. Et, comme thème de travaux, elle a choisi les navires à passagers de grande capacité, dont les plus grands, régulièrement en transit devant les côtes européennes et américaines, peuvent désormais accueillir jusqu'à 6.000 passagers et 2500 membres d'équipage. De telles capacités soulèvent de nouvelles problématiques : comment évacuer un nombre aussi important de passagers ? Comment traiter l'urgence médicale en cas d'accident ? Comment établir la liaison vers la terre et la prise en charge dans les hôpitaux d'un tel afflux de personnes ? Ces thèmes ont, entre autres, fait l'objet de travaux au sein du forum qui s'est tenu à Brest cette semaine. Et pour passer à la pratique, un exercice de grande envergure, le plus important du genre organisé jusqu'ici, s'est déroulé mercredi devant Roscoff.

Un feu sur un navire de 4000 passagers

Le ferry Armorique de Brittany Ferries, affrété pour l'occasion, simulait un navire de 4000 passagers et 1000 membres d'équipage. Alors qu'il effectue une liaison entre Roscoff et un port du Royaume-Uni, un feu se déclare à bord et s'étend rapidement, provoquant une avarie de propulsion. Le capitaine demande l'assistance du CROSS Corsen. Une équipe d'évaluation, une équipe médicale et une équipe d'intervention feu de navires sont projetés à bord. La situation médicale sur le navire requiert l'appui d'un poste médical avancé.
« Cela a été la première occasion de mettre en oeuvre la directive de l'Organisation maritime internationale sur le traitement de l'urgence à bord des navires avec une forte capacité de passagers », précise la préfecture maritime de l'Atlantique. Celle-ci recommande le confinement des passagers à bord et la projection des secours (médecins, pompiers et remorqueurs) en mer. Conformément à ces recommandations au vu des conditions météorologiques, le choix est fait de remorquer le navire à quai, afin de l'évacuer en toute sécurité et de confiner et ralentir la progression du sinistre à bord



 (©:MARINE NATIONALE)
(©:MARINE NATIONALE)

 (©:MARINE NATIONALE)
(©:MARINE NATIONALE)

De nombreux moyens nautiques et aériens

Le préfet maritime de l'Atlantique et le préfet du Finistère décident alors conjointement, en liaison avec le préfet de zone de défense et de sécurité, que le point de débarquement est le port de Roscoff. Le préfet du Finistère, directeur des opérations de secours terrestres, met en oeuvre le centre des opérations départemental, le poste de commandement opérationnel près du lieu de l'accident, ainsi que le poste médical avancé.
« Après l'hélitreuillage des équipes d'évaluation et d'intervention, nous avons mis en oeuvre les moyens nautiques, le remorqueur Abeille Bourbon, les bâtiments de soutien et d'assistance à la dépollution Alcyon et Argonaute, le patrouilleur des douanes Kermorvan, la frégate Latouche-Tréville ainsi que le patrouilleur Bergen de la garde-côtière norvégienne et le patrouilleur irlandais Niamh ». Du côté des moyens aériens, les hélicoptères Sea King britanniques prévus à l'origine, n'ont pu rallier l'exercice. Ce sont donc les hélicoptères français, EC225 de la flottille 32F de Lanvéoc-Poulmic, les Dauphin de service public, EC145 de la Sécurité civile, EC135 des douaniers et gendarmes, ont assuré la mission. L'exercice s'est clôturé en fin de journée, la préfecture maritime se montrant plutôt satisfaite: « C'est une première et le bilan est globalement positif, tant au niveau de la coordination avec des moyens étrangers que sur les enseignements tirés sur la mise en place de l'interface entre la mer et la terre et la coordination avec les autorités terrestres. Cela va nous permettre d'améliorer notre réponse face à ce genre d'urgence ».

 (©:MARINE NATIONALE)
(©:MARINE NATIONALE)

 (©:MARINE NATIONALE)
(©:MARINE NATIONALE)

(©:MARINE NATIONALE)
(©:MARINE NATIONALE)

 (©:MARINE NATIONALE)
(©:MARINE NATIONALE)

(©:MARINE NATIONALE)
(©:MARINE NATIONALE)



 (©:MARINE NATIONALE)
(©:MARINE NATIONALE)

 (©:MARINE NATIONALE)
(©:MARINE NATIONALE)

 (©:MARINE NATIONALE)
(©:MARINE NATIONALE)

(©:MARINE NATIONALE)
(©:MARINE NATIONALE)

 (©:MARINE NATIONALE)
(©:MARINE NATIONALE)

(©:MARINE NATIONALE)
(©:MARINE NATIONALE)

 (©:MARINE NATIONALE)
(©:MARINE NATIONALE)


(©:MARINE NATIONALE)



(©:MARINE NATIONALE)

Sauvetage et services maritimes