Défense
Guerre des mines belgo-néerlandaise : EDR à l’origine du recours
ABONNÉS

Actualité

Guerre des mines belgo-néerlandaise : EDR à l’origine du recours

Défense

On en sait désormais un peu plus sur la procédure initiée contre l’attribution à Naval Group et ECA, réunis au sein du consortium Belgium Naval & Robotics (BNR), du marché des 12 nouveaux bâtiments de guerre des mines destinés à la Belgique et aux Pays-Bas. Ce recours a été introduit auprès du Conseil d’Etat belge par le chantier Engine Deck Repair (EDR) d’Anvers. C’est ce qu’a confirmé le ministère belge de la Défense à nos confrères de l’agence de presse Belga.

EDR fait partie du consortium franco-belge Sea Naval Solutions, comprenant également les Chantiers de l’Atlantique, Socarenam et Thales. Spécialement créé pour concourir au programme de renouvellement des moyens de guerre des mines belgo-néerlandais, SNS faisait partie des trois finalistes en compétition, le troisième étant le groupe néerlandais Damen.

Bien que SNS a fait pendant des semaines figure de favori, c’est donc BNR qui a été désigné vainqueur le 15 mars par la Belgique, en charge de piloter ce programme binational (les Pays-Bas gèrent pour leur part le renouvellement des frégates belgo-néerlandaises du type M). Une décision qui est donc contestée par EDR, ce dernier

Naval Group | Actualité industrie navale de défense