Défense
Guerre des mines belgo-néerlandaise : L’appel d’offres lancé
ABONNÉS

Actualité

Guerre des mines belgo-néerlandaise : L’appel d’offres lancé

Défense

La Belgique, en charge du programme de renouvellement de ses moyens de guerre des mines ainsi que ceux de la marine néerlandaise, vient de lancer officiellement un appel d’offres international. Les industriels candidats devront remettre leurs propositions d’ici le mois d’octobre, le choix du groupement lauréat étant attendu en fin d’année.

Le programme porte pour mémoire sur 12 bateaux-mères, soit 6 pour la Belgique et 6 autres pour les Pays-Bas, dotés de moyens de lutte contre les mines et en particulier capables de mettre en œuvre différents systèmes de drones (USV avec sonar remorqué ou ROV, AUV et UAV).

Quatre consortiums au moins devraient répondre à l’appel d’offres, dont sans doute deux français. D’abord les Chantiers de l’Atlantique, alliés à Socarnenam, au chantier belge EDR d'Anvers et à Thales pour le système de drones, qui sera logiquement dérivé de celui développé par le groupe d’électronique pour la France et le Royaume-Uni dans le cadre du programme MMCM. Naval Group pourrait également se positionner avec Piriou et ECA.

Evidemment, Damen est aussi sur les rangs. Le groupe néerlandais serait pour la partie drones en train de s’allier avec l’allemand Atlas Elektronik (ROV, AUV) et l’israélien Elbit (USV Seagull). Enfin, le suédois Saab, apparemment en partenariat avec le chantier IdP de Zeebrugge, est également dans la course.  

L’enveloppe globale prévue par la Belgique et les Pays-Bas pour ce programme, destiné à remplacer les actuels chasseurs de mines tripartites en service dans les deux marines, est de près de 2 milliards d’euros. Les livraisons sont espérées entre 2023 et 2030.

 

Marine belge Marine néerlandaise