Défense
Guerre des mines : Exercice interallié Chaminop aux abords de Toulon

Actualité

Guerre des mines : Exercice interallié Chaminop aux abords de Toulon

Défense

CHAMps de MINes INOPinés, ou « Chaminop ». C'est le nom de l'exercice qui se déroule cette semaine aux abords de Toulon. Les chasseurs de mines tripartites Lyre, Orion, Capricorne, ainsi que le Groupe des Plongeurs Démineurs (GPD) Méditerranée participent à ces manoeuvres, de même que le chasseur de mines italien Sapri. Une délégation des Emirats Arabes Unis est également présente (observateurs). La zone d'intervention couvre la rade de Toulon, la rade des Vignettes et le golfe de Giens, des mines inertes ayant été mouillées le 14 janvier pour les besoins de l'exercice. « Leur détection par la force ainsi constituée et dirigée par un état-major interallié depuis le Centre opérationnel de la marine (COM) à la préfecture maritime de Toulon, permettra l'évaluation des procédures employées. Au-delà de l'entraînement des forces, cet exercice est également une occasion supplémentaire de coopération de la communauté multinationale de guerre des mines », explique la Marine nationale.
Entrainement organisé chaque année, Chaminop a pour but de vérifier la capacité de la Marine nationale à faire face à une « menace mine impromptue » et à rétablir, au plus tôt et en environnement multinational (bâtiments et personnels d'état-major), la liberté de navigation vers un port d'intérêt majeur.

Le chasseur de mines Sapri(© : MARINE NATIONALE)
Le chasseur de mines Sapri(© : MARINE NATIONALE)

« Le libre accès des grands ports est un enjeu primordial »

« 90% du trafic commercial mondial se faisant par voie maritime, le libre accès des grands ports militaires et commerciaux est un enjeu primordial dans le contexte international. C'est une des raisons de l'aspect déterminant d'une composante guerre des mines performante, entraînée et disponible au sein d'une stratégie opérationnelle », rappelle l'état-major de la flotte française.
Réputée pour son savoir-faire dans ce domaine, la Marine nationale dispose de moyens importants. Elle aligne 13 CMT (dont trois ex-bâtiments belges), tous modernisés depuis 2005 (avec notamment un poisson Double Eagle). Trois d'entre eux sont basés à Toulon, les autres étant stationnés à Brest. En parallèle, la France dispose de trois bâtiments base de plongeurs démineurs et trois GPD situés à Toulon, Brest et Cherbourg. La mission des plongeurs est complémentaire de celles des chasseurs de mines. « Ils peuvent notamment réaliser des missions de recherche, d'identification, de neutralisation et d'enlèvement des engins explosifs par petits fonds et dans des environnement portuaires. Leur action est étendue au cadre des missions de service public. Ils ont également la capacité d'effectuer des travaux sous-marins (expertise de chantier, soudure, découpage) et l'assainissement des accès portuaires et zones maritimes (dévasage, relevage, renflouage) ».

(© : MARINE NATIONALE)
(© : MARINE NATIONALE)

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française