Défense
Guerre des mines : Naval Group l'emporte en Belgique
ABONNÉS

Focus

Guerre des mines : Naval Group l'emporte en Belgique

Défense

Ce sont finalement les chantiers de Concarneau et Lorient-Lanester qui devraient construire les 12 futurs bâtiments de guerre des mines de la Belgique et des Pays-Bas. Vendredi 15 mars, à l’issue d’un conseil des ministres, le gouvernement belge a annoncé avoir retenu l’offre présentée par Naval Group, allié sur ce dossier à ECA au sein du consortium Belgium Naval & Robotics.  

BNR l’a emporté face à Sea Naval Solutions, regroupant les Chantiers de l’Atlantique, Socarenam, le chantier belge EDR d’Anvers et Thales, ainsi que sur la solution portée par le groupe néerlandais Damen. Ce dernier pourrait selon certaines sources contester la décision annoncée vendredi et a dans ce cadre deux semaines pour formuler un recours devant les autorités belges. SNS, en revanche, semblerait devoir en rester là bien que le consortium franco-belge faisait pourtant figure de favori.

 

Le bâtiment proposé par Sea Naval Solutions (© CHANTIERS DE L'ATLANTIQUE)

Le bâtiment proposé par Sea Naval Solutions (© CHANTIERS DE L'ATLANTIQUE)

Le bâtiment proposé par Damen (© DAMEN)

Le bâtiment proposé par Damen (© DAMEN)

 

Le ministère des Armées soutenait l’autre offre française

Les chantiers nazairiens et boulonnais, alliés à EDR et Thales, étaient soutenus dans cette compétition par le ministère français des Armées, du fait notamment que leur solution était axée sur le système de drones de guerre des mines développé par Thales pour la Marine nationale et la Royal Navy dans le cadre du programme MMCM. L’Hôtel de Brienne et la Direction Générale de l’Armemen

Naval Group | Actualité industrie navale de défense Marine belge | Toute l'actualité de la Composante marine