Défense
Gwendal Rouillard : « Kership doit reprendre le Rohu »

Interview

Gwendal Rouillard : « Kership doit reprendre le Rohu »

Plan de charge de DCNS, arrivée de Piriou à Lorient, avenir de STX, de Timolor... Gwendal Rouillard est à la manoeuvre pour défendre la filière navale dans le pays de Lorient. Quant à Jean-Yves Le Drian, le député PS de Lorient le verrait bien prolonger son bail au ministère... Interview : 

Défense
Construction Navale

La CGT a une autre lecture des annonces de Jean-Yves Le Drian concernant le plan de charge de DCNS. Le syndicat a surtout retenu la baisse du nombre de Fremm (de 11 à 8)...

GWENDAL ROUILLARD : La France augmente son budget de la Défense. Les annonces de Jean-Yves Le Drian représentent une étape majeure pour l'avenir industriel et militaire du pays de Lorient. La base des fusiliers marins est confortée avec près de 500 emplois supplémentaires. Lann-Bihoué reste une base centrale dans le dispositif de la Défense. Il faut travailler à la montée en puissance des acteurs lorientais dans le domaine de la cyberdéfense et de la cybersécurité. Pour la construction navale, c'est un cap majeur. Jean-Yves Le Drian a lancé un nouveau programme de frégates. On ne le fait que tous les 20 ou 30 ans. C'est l'assurance de la construction de cinq frégates de taille intermédiaire (FTI) avec une première livraison en 2023. Rappelons que cela représente un plan de charge pour DCNS au-delà de 2025. FTI sera un très beau produit pour l'export car c'est un bâtiment (4.000 tonnes) qui correspond aux besoins des marines dans le monde. L'avenir de nos outils industriels est en jeu. Mais qu'on ne s'y trompe pas : cette décision a été prise en parfaite cohérence avec les besoins exprimés par la Marine nationale. Quant aux Fremm, grâce à celle dévolue à l'Égypte, DCNS va en construire sept. Le rythme de cadencement va s'accélérer.

Kership (alliance de DCNS et Piriou) vient de remporter de nouveaux marchés militaires. Quel rôle va jouer cet acteur dans la filière navale en Bretagne-Sud ?

Depuis trois ans, j'ai milité pour la création de Kership. C'est une alliance gagnant-gagnant pour capter une gamme diversifiée de bâtiments. L'objectif est de façonner un pôle Bretagne-Sud Lorient/Concarneau. ll faut tourner la page des vieilles concurrences et chasser groupé pour décrocher des marchés à l'international. Certains acteurs locaux s'interrogent encore sur le sens de l'arrivée de Piriou. Mais le dialogue en cours doit permettre de nouer de nouvelles alliances pour la construction et pour la réparation navale. Piriou a envoyé un signe clair en adhérant à l'Interprofession du port de Lorient (IPL). Le chantier concarnois s'est aussi engagé à construire les navires 100 % made in France. On y veillera.

On évoque beaucoup le scénario d'une reprise du chantier du Rohu STX par Piriou...

Je suis favorable à la reprise du chantier du Rohu par Kership au nom de l'emploi local. D'autres industriels s'y intéressent. Je m'interroge toujours sur les intentions de STX France. Quelle est aujourd'hui leur stratégie industrielle ? Il est anormal que les contribuables financent un chantier naval à travers du chômage partiel. Ce temps-là est terminé. C'est inacceptable.

Dans le secteur de la navale, Timolor (90 salariés à Lorient) traverse une mauvaise passe et cherche un nouvel acquéreur...

J'ai eu des échanges, cette semaine, avec un repreneur potentiel, un industriel breton de la construction navale. Il faut préserver les emplois et préparer l'avenir. C'est pourquoi je me félicite de l'ouverture du nouveau centre d'apprentissage de l'UIMM (Union des métiers de la métallurgie). 50 % des apprentis sur 250 seront formés aux métiers de la construction navale. Je suis un farouche défenseur de l'alternance et de l'apprentissage.

Maxime Picard va prendre la suite de Pierre Pouliquen à la tête de fédération PS du Morbihan. Quelles sont les priorités ?

La fédération est « hollandaise » depuis toujours. L'arrivée de Maxime Picard s'inscrit dans cette logique politique. On doit former des militants (la fédération en a perdu depuis 2012) et mettre les socialistes en ordre de bataille pour les régionales et soutenir Jean-Yves Le Drian. Le combat sera difficile.

Doit-on en déduire que Jean-Yves Le Drian sera la tête de liste aux régionales ?

Le premier acteur de l'avenir de Jean-Yves Le Drian est François Hollande. Ma conviction est que le Président de la République a intérêt à le garder au ministère de la Défense. La Bretagne a besoin de lui mais c'est à lui de nous dire son choix à la rentrée. Mais Jean-Yves Le Drian veille à l'affirmation de la jeune génération en Bretagne et je fais remarquer que son directeur de campagne, Loïg Chesnais-Girard, est tête de liste en Ille-et-Vilaine. C'est un jeune élu talentueux et plein d'avenir...


Interview réalisée par la rédaction du Télégramme