Construction Navale
H2X achève l’assemblage d’un nouveau navire océanographique

Actualité

H2X achève l’assemblage d’un nouveau navire océanographique

Construction Navale

Après six mois de travaux, le chantier H2X de La Ciotat a procédé, le 7 juin, à la jonction des deux demi-coques d’un nouveau navire océanographique. Quelques 200 personnes ont assisté à l’évènement, qui marque la phase finale de l’assemblage de ce grand bateau de 43 mètres. Fraîchement démoulées avant leur jonction, les demi-coques ont été réalisées en composite suivant le procédé de l’infusion. La superstructure, également en composite, va coiffer l’ensemble.

 

 

Jonction des deux demi-coques (© : BERTRAND STANTINA)

Jonction des deux demi-coques (© : BERTRAND STANTINA)

 

Vue du futur navire océanographique saoudien (© : H2X)

Vue du futur navire océanographique saoudien (© : H2X)

 

Vue du futur navire océanographique saoudien (© : H2X)

Vue du futur navire océanographique saoudien (© : H2X)

 

 

Dessiné par le cabinet d’architecture Mauric, le navire saoudien, qui doit être livré l’an prochain, sera doté de deux moteurs diesels et deux lignes d’arbres, ainsi qu’un propulseur azimutal et un propulseur d’étrave. Doté d’un système de positionnement dynamique, il pourra réaliser des missions océanographiques jusqu’à 2000 mètres de profondeur.

 

 

La coque du navire océanographique saoudien (© : BERTRAND STANTINA)

La coque du navire océanographique saoudien (© : BERTRAND STANTINA)

 

La superstructure du navire océanographique saoudien (© : BERTRAND STANTINA)

La superstructure du navire océanographique saoudien (© : BERTRAND STANTINA)

 

Les moteurs du navire océanographique saoudien (© : BERTRAND STANTINA)

Les moteurs du navire océanographique saoudien (© : BERTRAND STANTINA)

 

L'étrave du navire océanographique saoudien (© : BERTRAND STANTINA)

L'étrave du navire océanographique saoudien (© : BERTRAND STANTINA)

 

 

L’an dernier, H2X avait déjà livré à son client saoudien un premier bateau, en l’occurrence un catamaran de 15 mètres.

On rappellera, par ailleurs, qu’il s’agit du second navire scientifique réalisé en moins de deux ans par le chantier varois, le premier étant l’André Malraux, baptisé en janvier 2012 et exploité par la Département de la Recherche Archéologique Subaquatique et Sous-Marines (DRASSM) du ministère de la Culture.

 

 

L'André Malraux, du DRASSM (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

L'André Malraux, du DRASSM (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

H2X