Croisières et Voyages
Harmony of the Seas à l’épreuve de ses premiers passagers

Reportage

Harmony of the Seas à l’épreuve de ses premiers passagers

Croisières et Voyages

Livré le 12 mai par les chantiers STX France de Saint-Nazaire à la compagnie américaine Royal Caribbean International, le plus grand paquebot du monde a débuté hier sa saison inaugurale en Méditerranée, avec une première croisière de cinq jours au départ de Barcelone. Il réalisera ensuite, jusqu’à la fin octobre, des rotations d’une semaine vers Palma de Majorque, Marseille, La Spezia, Civitavecchia et Naples avant de revenir dans la capitale catalane. L’escale inaugurale de l’Harmony of the Seas dans la cité phocéenne, qu’il doit visiter tous les mardis, est prévue le 14 juin mais, compte tenu des mouvements sociaux en France, son armateur, RCI pourrait être contraint de l’annuler.

 

L'Harmony à son départ de Saint-Nazaire le 15 juin (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

L'Harmony à son départ de Saint-Nazaire le 15 juin (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

En attendant, l’Harmony of the Seas a retrouvé mardi matin à Barcelone un autre navire de la compagnie américaine, le Brillance of the Seas. 14 ans et une évolution impressionnante de gabarit séparent les deux paquebots. Ainsi, avec ses 293 mètres, ses 90.000 GT de jauge et ses 1055 cabines, le Brillance, qui faisait partie des gros navires à sa mise en service en 2002, joue aujourd’hui les modestes face au nouveau fleuron de RCI, long de 362 mètres, présentant une jauge de 227.700 GT et disposant de 2747 cabines.

 

L'Harmony et le Brillance hier à Barcelone (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

L'Harmony et le Brillance hier à Barcelone (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Réunion nazairienne à Barcelone

Dimanche dernier déjà, lorsque l’Harmony of the Seas a fait sa première entrée à Barcelone, le contraste avait été saisissant avec les autres navires présents dans le port espagnol, dont deux également sortis des chantiers nazairiens : l’Europa 2, unité de luxe de 225 mètres, 39.500 GT et 251 cabines livrée en 2013 à Hapag-Lloyd Cruises, ainsi que le Norwegian Epic, gros paquebot de 329 mètres, 155.800 GT et 2100 cabines réceptionné en 2010 par NCL. Quant au Costa Fascinosa (290 mètres, 114.500 GT, 1500 cabines), datant de 2011 et également en escale à Barcelone ce jour-là, il était lui aussi largement surclassé en taille.

 

Trois Nazairiens à Barcelone le 5 juin (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Trois Nazairiens à Barcelone le 5 juin (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le Costa Fascinosa vu de l"Harmony (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le Costa Fascinosa vu de l"Harmony (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Plus de 25.000 hôtes déjà accueillis

A ce jour, l’Harmony of the Seas a déjà accueilli plus de 25.000 hôtes, professionnels et vacanciers. Après son départ de Saint-Nazaire, le 15 mai, le navire a d’abord été inauguré à Southampton avec les agents de voyages les journalistes anglo-saxons et d’Europe du nord. Puis il a réalisé deux mini-croisières commerciales de trois et quatre jours avant son voyage inaugural entre Southampton et Barcelone, du 29 mai au 5 juin, suivi par une seconde inauguration espagnole avec, de nouveau, plus de 4000 invités.

On s’en souvient, le paquebot, livré avec deux semaines d’avance sur le calendrier contractuel, était au moment de sa réception par RCI, le 12 mai, encore en chantier. Alors que plusieurs centaines de Nazairiens sont partis avec le bateau vers Southampton, les équipes de STX France et de ses sous-traitants ont en quelques jours abattu un travail incroyable pour achever l’Harmony of the Seas et lui permettre d’accueillir ses premiers passagers.

 

Ponts piscines (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Ponts piscines (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Sous le feu des critiques britanniques

Le baptême du feu commercial s’est donc déroulé en Angleterre avec les deux mini-croisières au départ de Southampton, qui ont comporté chacune une escale, la première à Rotterdam et la seconde à Cherbourg (le 27 mai). Des débuts marqués par une volée de critiques sur les réseaux sociaux et dans la presse britannique, qui s’est livrée dans certains cas à un torpillage en règle du paquebot, accusé d’être encore un vaste chantier, certains allant même jusqu’à mettre en cause la sécurité à bord. Alors que les tabloïds anglais, mosaïques de photos choisies à l’appui, ont sans doute versé dans la facilité du « french bashing », toujours vendeur de l’autre côté de la Manche, la réalité était bien plus nuancée. Si des équipements étaient encore en phase de mise au point, le mauvais temps rencontré lors de la première mini-croisière a obligé la compagnie à annuler des spectacles extérieurs et à fermer certaines animations. Des passagers français ayant participé à ces premiers voyages, que nous avons rencontrés à bord et que l’on connait pour leur exigence, assurent que ces croisières n’avaient rien à voir avec la situation catastrophique dépeinte côté britannique, même s’il y avait en effet, ici et là, des travaux de finition et un peu de bruit dans la nuit, ce qui rappellent-t-ils n’a rien d’exceptionnel sur un bateau sortant de chantier. Une mise en service où il faut comme toujours essuyer quelques plâtres.

 

La Royal Promenade (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La Royal Promenade (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Les passagers de la croisière inaugurale conquis

Pour sa première véritable croisière, le 29 mai, le paquebot était en tous cas fin prêt, comme nous avons pu le constater sur place. Pour ce voyage inaugural d’une semaine entre l’Angleterre et l’Espagne, plus de 5500 clients étaient à bord, dont 250 Français, au nombre desquels les participants à la cinquième croisière des lecteurs de Mer et Marine. Des passagers qui, fait exceptionnel - car dans un groupe, selon les goûts et attentes, certains sont généralement moins satisfaits que d’autres - ont unanimement apprécié l’Harmony of the Seas, se montrant très heureux d’avoir vécu l’expérience d’une croisière sur ce bateau hors normes.

 

(© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Une version améliorée des premiers Oasis

Si nous reviendrons prochainement, plus en détail, sur la vie à bord de ce navire, on peut d’ores et déjà dire qu’il constitue clairement une amélioration des deux premiers paquebots de la série, l’Oasis of the Seas et l’Allure of the Seas, mis en service en 2009 et 2010. Les ponts extérieurs ont, en particulier, été enrichis d’une décoration et de jeux de lumière plus aboutis, alors que de nouvelles attractions, à commencer par d’impressionnant toboggans, sont venus parfaire les activités en plein air. Pendant cette croisière inaugurale, qui a comporté des escales à Vigo et Malaga, où des milliers de curieux sont à chaque fois venus voir le plus grand paquebot du monde, salué aussi par tous les navires rencontrés, même les paquebots des compagnies concurrentes, toutes les attractions étaient opérationnelles et le service à bord impeccable. Les équipes des chantiers, dont quelques dizaines de personnels étaient encore présents, ont travaillé le plus discrètement possible, généralement de nuit, pour achever les dernières mises au point techniques et mener d’ultimes travaux, notamment sur les ponts piscines.  

 

Départ de Southampton le 29 mai (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Départ de Southampton le 29 mai (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

De superbes shows et une multitude d’activités

Au final, les passagers ont pu apprécier l’ensemble des spectacles, dont le tout nouveau Grease, proposé par une vingtaine d’excellents chanteurs et danseurs, le non moins remarquable 1887, spectacle sur glace proposé dans la patinoire du navire ou encore The Fine Line, spectaculaire show aquatique offert en soirée à l’Aquatheater occupant la poupe du navire. Tous les restaurants étaient également ouverts, de la grande salle à manger sur trois ponts aux huit restaurants de spécialité, dont le Wonderland et son excellente cuisine moléculaire, sans oublier les très nombreux bars et salons, dont le Bionic Bar et ses deux robots préparant les cocktails commandés par les vacanciers. Ces derniers ont pu profiter des multiples boutiques du navire, en particulier dans la Royal Promenade, vaste galerie commerciale sur deux niveaux surplombée de grandes verrières d’où l’on aperçoit Central Park. C’est l’un des deux espaces centraux en plein air du paquebot, véritable parc paysager composé de plus de 10.000 végétaux et bordé de cabines avec balcon.

 

La Royal Promenade (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La Royal Promenade (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

Central Park (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Central Park (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Aquapark pour les enfants (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Aquapark pour les enfants (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Une très belle réussite

Gigantesque club de vacances et centre commercial flottant, l’Harmony of the Seas, qui peut accueillir jusqu’à 6360 passagers, servis par 2100 membres d’équipage, est caractérisé par une remarquable gestion des flux permettant, malgré le nombre considérable de personnes à bord, une parfaite circulation et des espaces libres en permanence, même au niveau des transats sur les ponts piscines pendant les jours de mer. Quant aux embarquements et débarquements, ils sont incroyablement bien organisés, le système de pré-enregistrement sur Internet de RCI permettant d’embarquer en moins de 10 minutes !

Après avoir passé une dizaine de jours à bord et évaluer ses équipements comme son service, on peut affirmer sans hésitation que l’Harmony of the Seas est une très belle réussite et, objectivement, un réel motif de fierté pour les chantiers nazairiens.

Un bateau déjà quasiment plein jusqu’à la fin de l’été

L’intérêt du public pour ce paquebot géant est d’ailleurs au rendez-vous. Selon Royal Caribbean International, les croisières au départ de Barcelone affichent quasiment complet jusqu’à la mi-août et il ne reste que quelques centaines de cabines disponibles jusqu’en octobre. Le navire quittera ensuite la Méditerranée pour rallier les Etats-Unis, où il sera basé à l’année à Fort Lauderdale (Floride) pour des séjours d’une semaine vers les Caraïbes.  

 

A la poupe de l"Harmony of the Seas (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

A la poupe de l"Harmony of the Seas (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Royal Caribbean