Vie Portuaire
HAROPA : Les trois ports résistent en 2016

Actualité

HAROPA : Les trois ports résistent en 2016

Vie Portuaire

Les ports d’Haropa, regroupant Le Havre, Rouen et Paris viennent de présenter leurs résultats 2016. Après l’augmentation des trafics maritimes de 2015 (+ 2 millions de tonnes), l'année passée a marqué un recul de 4.8%  (-4 millions de tonnes) à 87.1 millions de tonnes. Des résultats qui découlent d’une économie mondiale atone mais également d'une moindre activité des raffineries lors du printemps dernier ainsi que de la très mauvaise saison céréalière. Dans ce contexte compliqué, les ports de l’axe Seine maintiennent néanmoins le cap et les importants investissements privés et publics témoignent d’un optimisme conservé par les industriels et logisticiens.

Le pétrole en recul conjoncturel

La baisse des trafics de vracs liquides est une conséquence directe des arrêts partiels de production des raffineries observés durant le premier semestre. Les importations de pétrole brut (23.4 millions de tonnes) ont diminué de 5%. Les trafics de produits pétroliers raffinés (18.6 millions de tonnes) ont reculé de 3%.

Les céréales victimes de la météo mais des investissements importants à Rouen

Le  trafic des vracs solides est, quant à lui, victime de la mauvaise récolte céréalière de 2016, une des plus mauvaises de ces 30 dernières années. Ainsi, les exportations de céréales reculent de 17%, à 6.8 millions de tonnes. L’année a été cependant extrêmement contrastée avec un premier semestre positif, porté par l'excellente campagne céréalière 2015-2016 (9 millions de tonnes) et un second semestre historiquement bas. Les fondamentaux de HAROPA - Port de Rouen demeurent en effet avec 1.3 million de tonnes de capacité de stockage et une capacité de chargement journalière de 100.000 tonnes. Plusieurs projets privés se sont concrétisés en 2016: le groupe Beuzelin a inauguré son silo de dernière génération, spécialisé dans les « graines fragiles ». Un cinquième opérateur céréalier est donc désormais présent sur le port de Rouen. La finalisation l'année prochaine des travaux d'approfondissement du chenal de navigation permettra d'accueillir des navires plus gros et/ou davantage chargés, et ainsi d'augmenter les volumes exportés au départ de Rouen, à travers notamment une diversification des marchés touchés.

Rouen maintient par ailleurs sa position sur les engrais en progrès de 10.5% et dans les vracs agroalimentaires (+11%). Tessenderlo s’est installé au sein de l’enceinte de Boréalis pour y développer un nouvel engrais liquide à forte valeur ajoutée. Boréalis a prévu d’entrer dans une nouvelle phase de son développement, que le port a accompagnée en livrant en 2016 un terminal Quai Grand Quevilly modernisé. Enfin, Rubis Terminal a été choisi comme point de livraison physique du marché à terme des engrais azotés.

Conteneurs : Le Havre recule un peu mais résiste bien

Le trafic conteneurs recule de 2.4% à 2.6 millions d’EVP. Pour la deuxième année consécutive, le port du Havre a battu son record de trafic de conteneurs de et vers le marché français avec 1.96 millions d’EVP (+0,6%). Le léger recul des trafics est lié à la baisse des volumes uniquement transbordés d’un navire à l’autre au port du Havre (-8.7%). En particulier, le trafic reefer qui représente environ 6% du trafic total conteneurisé

Globalement, Le Havre poursuit sa progression : + 27% entre 2013 et 2016, de 159.000 à plus de 202.000 EVP, + 15% en 2015 (vs 2014) et + 5% en 2016 (vs 2015), + 9% à l’export (à fin octobre 2016 vs fin octobre 2015). La part de marché du Havre sur le volume de conteneurs échangés via le range nord-européen s’établit à 6.4%, en progression de près de 10% depuis 2011.

Progression des trafics fluviaux liés au Grand Paris

Les tonnages fluviaux en Ile-de-France s’établissent à 20.2 millions de tonnes (+0,9%), portés par le dynamisme de la construction et des chantiers du Grand Paris Express. Le trafic fluvial de matériaux de construction a atteint quant à lui près de 10 millions de tonnes (+2.3%). Les flux de produits valorisables, qui incluent les évacuations des déblais de chantier, sont en forte progression (6 Mt ; +16.7%). Cette tendance positive est appelée à se poursuivre en 2017

A l’échelle de l’axe Seine, le transport fluvial de conteneurs augmente de 7.3% résultant d'une conjonction de facteurs : la montée en puissance des transbordements de conteneurs sur la voie d’eau effectués depuis le terminal multimodal du Havre, le développement des acheminements fluviaux entre Rouen vers le Havre, le dynamisme de la logistique urbaine, avec notamment une augmentation du nombre de conteneurs transportés sur la voie d'eau par Franprix pour approvisionner ses magasins parisiens.

Le trafic fluvial de vracs est en repli de 2.7% en 2016, en raison principalement de la mauvaise récolte céréalière et de l’arrêt programmé de centrales thermiques. Il a cependant enregistré une croissance de 0.9% en Ile-de-France.

Une desserte ferroviaire et fluviale du Havre qui se renforce

L’année 2016 a permis d’améliorer les services ferroviaires et fluviaux depuis et vers les ports maritimes. Le terminal multimodal du Havre a dépassé ses difficultés opérationnelles de 2015 et se situe depuis la fin du second semestre 2016 sur un rythme de traitement d’environ 80.000 conteneurs en régime annuel au service du ferroviaire et du fluvial. Les liaisons ferroviaires depuis le port du Havre se sont développées avec un troisième service hebdomadaire sur Vierzon (Ferovergne) et le lancement d’une nouvelle ligne vers Ludwigshafen (Hupac et Novatrans). Les échanges fluviaux de conteneurs depuis le port du Havre ont augmenté de 11% avec 180 000 EVP sur l’année 2016.

Le terminal multimodal du Havre « sur les rails »

Le jugement du Tribunal de commerce en date du 23 janvier 2017 a décidé de la poursuite de la période d’observation du terminal jusqu’au 23 avril. Quasiment tous les opérateurs de transport combiné ferroviaires et fluviaux ayant désormais basculé leur activité sur le terminal, les conditions sont réunies pour que l’activité se développe. Au 31 décembre 2016, environ 40.000 conteneurs ont transité via la plateforme multimodale du Havre, avec un trafic en décembre se situant sur un rythme de traitement annuel d’environ 80.000 conteneurs.

Fer et fleuve : le point sur l’ensemble des opérateurs et des services réguliers

Progression des modes massifiés (fluvial et ferroviaire) depuis et vers Le Havre: + 3.4% à 259 KEVP

Fluvial : + 11% à 180.000 EVP

Ferroviaire : - 10.6%, à 79 000 EVP : la croissance est attendue en 2017 avec la mise en place en fin d’année 2016 de nouveaux services.

Part du trafic massifié terrestre sur l’hinterland : 13.2% (12.9% en 2015)

Part du trafic massifié avec feeder : 16.5% (16.1% en 2015)

Quelques évènements marquants à noter dans le domaine du ferroviaire 

Développement du trafic de granulés de bois depuis HAROPA - Port de Rouen. Ce nouveau marché destiné aux chaufferies parisiennes poursuit son développement : 150 000 tonnes de marchandises ont quitté les terminaux rouennais spécialisés pour rejoindre l’Ile-de-France par voie ferrée.

Poursuite de la démarche « Fret Ferroviaire Axe Seine » (FFAS). Cette démarche collaborative entre SNCF Réseau et HAROPA est pilotée par le délégué interministériel au développement de la Vallée de la Seine. L’objectif est de définir un modèle d’interaction entre SNCF Réseau, les trois ports et les opérateurs ferroviaires / chargeurs pour garantir la qualité des sillons et des accès aux terminaux et renforcer ainsi le développement du fret ferroviaire. Les premiers résultats concrets sont attendus dès 2017 pour les circulations 2018.

L'itinéraire Serqueux-Gisors déclaré d’utilité publique Priorité absolue pour le développement du fret ferroviaire, le projet de modernisation du tronçon SerqueuxGisors a franchi une étape déterminante le 18 novembre 2016, déclaré ce jour d’utilité publique.

Les dessertes fluviales : au 30 janvier 2017, près de 40 services fluviaux hebdomadaires 

1 conteneur sur 5 à destination des marchés de consommation franciliens passe par la Seine.

Montée en puissance de la logistique urbaine de Franprix : L’implantation de l’enseigne Franprix dans un entrepôt propriété de Ports de Paris à Bonneuil-sur-Marne au 4e trimestre 2015 a permis de renforcer et de pérenniser la chaîne logistique fluviale existante par l’ajout d’un volume supplémentaire quotidien de conteneurs. Ainsi, depuis avril 2016 ce sont jusqu’à 42 conteneurs qui sont transportés chaque jour jusqu’au cœur de Paris. Le périmètre de livraison inclut désormais 300 magasins répartis sur l’ensemble de Paris et sur plusieurs communes des Hauts-de-Seine.

L’activité touristique : année record pour les croisières

L’activité touristique, composée des croisières maritimes, des croisières fluviales avec hébergement et de la croisière promenade principalement parisienne, a donné des signes très positifs malgré le contexte lié aux attentats.

Croisière maritime dans les ports Haropa : une année record avec plus de 362 151 passagers en croissance de 44% par rapport à 2015;

Croisière fluviale avec hébergement : après un doublement du nombre de passagers en 4 ans à fin 2015, l’année 2016 devrait être légèrement en retrait par rapport à 2015, le nombre de bateaux en opération étant passé de 19 en 2015 à 18 en 2016 (chiffres de trafic non disponibles à ce jour). Toutefois l’année 2017 devrait inverser cette tendance avec à nouveau une croissance annoncée de la flotte (20 bateaux).

LE HAVRE : en matière de croisière maritime, le port a connu un double record en nombre de passagers et en nombre de passagers moyen par bateau : escales : 118 (95 en 2015), passagers : année record avec 332.758 passagers (222.933 en 2015), ratio passagers par paquebot : 2820 passagers (contre 2165 en 2014) soit une progression de 30% sur 2 ans. Ceci témoigne de la taille de plus en plus importante des paquebots et d’un meilleur remplissage des croisières sur les itinéraires touchant Le Havre.

ROUEN- HONFLEUR : + 4% : passagers : 29.393 (+4%), notamment en raison du nombre croissant de passagers escalant sur les terminaux de Honfleur (+ 12% à 23.583), escales : 50 (stable).

Des investissements publics et privés en forte croissance 

Les investissements privés se sont élevés à environ 450 M€ en 2016. Ces développements sont accompagnés par les trois ports qui investissent dans les différentes infrastructures. . En 2016, ce sont près de 77 M€ qui ont été investis par les ports de HAROPA. Privés et publics confondus, ce sont donc près de 527 M€ d’investissements qui ont été réalisés sur l’axe Seine en 2016 en lien avec l’activité portuaire.

Pour 2017, les investissements privés sont attendus en croissance, à plus de 595 M€ sur les trois ports, dont : Bolloré Energie (stockage d’hydrocarbures sur le site de l’ancienne raffinerie Petroplus), Tessenderlo (construction d’une usine d’engrais liquide sur le site de Boréalis) à Rouen, Seafrigo (entrepôts logistiques frigo, dry et parc à conteneurs vides), AEW (entrepôt logistique), Panhard (entrepôt logistique), Eramet (nouvelle usine de broyage sur son site existant), LBC Sogestrol (plan de modernisation, appontements, pomperies) au Havre, Vailog (bâtiments pour livraison express et entrepôt à étage pour la logistique urbaine à Gennevilliers), Virtuo Industrial Property (entrepôts et bureaux pour réception de marchandise à Bonneuil), Lafarge (terminal cimentier multimodal à Gennevilliers), Asten (fabrication, d’asphaltes, enrobés et béton à Gennevilliers). Pour leur part, les ports HAROPA poursuivront leur politique d’investissement avec un montant prévisionnel de près de 95 M€.

Réalisé à partir du dossier des résultats d’Haropa

 

Port du Havre | Toute l'actualité de la capitainerie Port de Rouen | Toute l'actualité de la capitainerie