Vie Portuaire
Haropa : une année 2019 difficile

Actualité

Haropa : une année 2019 difficile

Vie Portuaire

Les ports de l’axe Seine, réunis au sein d’Haropa, ont globalement connu une année 2019 difficile en raison de la baisse des trafics énergétiques et des mouvements sociaux. L’ébauche d’un plan de relance devrait faire oublier ce mauvais cru. Un article d’Hervé Deiss de Ports et Corridors.

En 2019, les trois ports constituant Haropa, Le Havre, Rouen et Paris, ont enregistré une baisse significative de leur trafic maritime. Globalement, il perd 5% pour s’établir à 90 Mt. Ce sont 4,8 Mt en moins qui sont passés par les quais. Pour la direction des ports de l’axe Seine, deux facteurs expliquent cette diminution de trafic. Ces deux facteurs cumulés entrent pour 98% dans la baisse du trafic. Le premier est lié aux trafics énergétiques. Les deux principaux courants liés à l’énergie, à savoir le pétrole et le charbon, représentent 80% dans la baisse de trafic. Cela est lié à des arrêts techniques programmés des raffineries de Total à Gonfreville et d’ExxonMobil mais aussi à un incendie dans les installations de Total début décembre qui devrait mettre en suspens la raffinerie pendant une dizaine de mois. La raffinerie de Grandpuits a été arrêtée pendant six mois en raison d’un incident sur le pipe-line d’approvisionnement en février 2019.

Du côté du charbon, la centrale thermique du Havre, dont l’arrêt définitif est programmé en 2021, a commencé sa décélération. Les approvisionnements en charbon se réduisent petit à petit. Outre ces incidents techniques, les filières de

Port du Havre Port de Rouen