Défense
Hélicoptères de sauvetage : Réorganisation du dispositif français

Actualité

Hélicoptères de sauvetage : Réorganisation du dispositif français

Défense

Depuis un an, le dispositif d’hélicoptères de la Marine nationale  utilisés notamment pour les sauvetages maritimes a évolué et va connaitre de nouveaux changements dans les prochains mois. A Lanvéoc-Poulmic, la mise en service mi-2010 au sein de la flottille 32F de deux EC225 a, tout d’abord, entrainé fin 2011 le départ vers Hyères du Dauphin de Service Public de la 35F basé à la pointe Bretagne. Dans le même temps, les deux appareils loués en 2009 à la société belge NHV et affectés en Méditerranée ont été restitués à leur propriétaire, le contrat arrivant à échéance le 31 décembre 2011. Alors que la 35F maintient ses détachements de Dauphin SP au Touquet et à La Rochelle, début 2013, la base d’aéronautique navale d’Hyères va s’enrichir d’un Dauphin SP supplémentaire  avec l’arrivée de la machine actuellement basée à Maupertus, près de Cherbourg.

 

Dauphin loué à NHV début 2011 à Hyères  (© MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Dauphin loué à NHV début 2011 à Hyères  (© MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

 

Celle-ci va, en effet, être remplacée à la pointe du Cotentin par l’un des deux EC225 de Lanvéoc, permettant au préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord de disposer sur cette façade d’un moyen aérien d’évacuation de forte capacité. Le second EC225 demeurera dans le Finistère, où il jouera le rôle de doublon lors des arrêts techniques et indisponibilités éventuelles de l’appareil positionné à Maupertus. De même, en cas de besoin, l’EC225 présent à Lanvéoc pourra être mobilisé pour des interventions au large de la Bretagne. Mais l’essentiel des missions de sauvetage dans cette zone va, très prochainement, incomber aux nouveaux Caïman Marine (NH90), dont trois exemplaires sont affectés à la 33F, à Lanvéoc, le premier étant opérationnel depuis décembre 2011. Alors que trois autres hélicoptères de ce type sont basés à Hyères au sein de la 31F et qu’un septième est en grande maintenance, une huitième machine (la première au standard 2) doit être livrée d’ici la fin décembre à l’aéronautique navale. Et celle-ci percevra entre deux et quatre nouveaux Caïman en 2013.

 

Caïman Marine (© MARINE NATIONALE)

Caïman Marine (© MARINE NATIONALE)

 

Cette réorganisation du dispositif permet à la marine de maintenir son contrat opérationnel en termes de sauvetage maritime, et même de voir ses capacités légèrement augmentées, notamment en Atlantique et Manche, où les besoins sont de plus en plus importants.  Alors qu’a terme, un Caïman doit être basé à Maupertus, aucune date n’est pour le moment avancée quant au départ des EC225. Acquis neufs afin de faire la jonction entre le retrait du service des Super Frelon, au printemps 2010, et leur remplacement par les Caïman, les EC225 doivent, normalement, quitter la marine lorsque le nombre de NH90 opérationnels sera suffisant.  Toutefois, compte tenu des incertitudes budgétaires pesant sur les programmes, et même si les 27 Caïman dont elle a besoin ont déjà été commandés, la marine joue la carte de la prudence. Car, même si maintenir dans ses rangs un micro-parc de seulement deux machines ne semble pas constituer la meilleure des solutions, en cas de coupes sombres dans le programme NH90, les EC225 seraient bien utiles pour maintenir le contrat opérationnel.

 

Hélitreuillage à partir d'un Dauphin SP (© MARINE NATIONALE)

Hélitreuillage à partir d'un Dauphin SP (© MARINE NATIONALE)

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française Aéronavale | Toute l'actualité avions et pilotes en France