Construction Navale
Helios, un navire hybride pour les Calanques

Actualité

Helios, un navire hybride pour les Calanques

Construction Navale

Préserver le fragile écosystème du parc national des Calanques, tout en permettant aux visiteurs de venir les admirer depuis le port de Marseille. C'est le défi que s'est fixé l'armement Icard Maritime, une société marseillaise spécialisé dans le transport de passagers qui possède cinq navires, effectuant notamment des rotations vers les îles du Frioul. Et c'est désormais Helios, une vedette de 197 passagers, tout juste sorti du chantier naval Gatto.

Une référence pour l'écotourisme

Plus qu'un bateau, c'est un projet innovant qu'a mené Icard Maritime, en collaboration avec le cabinet d'architecture navale Mauric, Jean-Jacques Brasse, la société Mayday Electronic et le chantier Gatto. En 2009, l'armement, qui souhaite acheter un navire neuf pour les promenades dans les Calanques, lance en effet une étude pour une vedette « faisant référence en matière d'écotourisme et d'accessibilité aux personnes à mobilité réduite ».
Moins de bruit et moins de pollution... il fallait donc travailler sur la propulsion du navire. Tout électrique ? Compliqué, surtout en raison de l'importante distance à couvrir entre Marseille et les Calanques. Alors, les concepteurs ont imaginé une propulsion hybride diesel électrique qui offre au navire à la fois puissance, autonomie et qui réduit son empreinte polluante.

Du diesel pour le transit, de l'électrique dans les Calanques

A bord d'Helios, la navigation se décompose en trois temps : une navigation rapide entre Marseille et les Calanques, en mode diesel à 15 noeuds. Puis une navigation diesel électrique en approche des Calanques à 8 noeuds et enfin une navigation toute électrique dans les Calanques et pour le retour à Marseille.
Deux moteurs électriques synchrones de 55 kW sont attelés aux arbres de propulsion principale. Ils sont pilotés par des variateurs acceptant une tension d'entrée de 400 V triphasé. Un parc de batterie au plomb pur de 576V assure le fonctionnement en tout électrique. Un groupe électrogène de 400 V triphasé permet la charge des batteries durant la phase de navigation en mode diesel, ou l'alimentation directe des variateurs en mode diesel-électrique.
La commande des embrayages électromagnétiques est assurée par un automatisme déclenchée par l'opérateur : l'inverseur de la propulsion principale doit être au neutre pour que l'automatisme s'enclenche, l'enclenchement s'effectue après synchronisation des vitesses de rotation des moteurs électriques et des lignes d'arbre, le débrayage du moteur électrique est immédiat si l'inverseur n'est plus au neutre. Des systèmes de sécurité sont prévus pour couper la charge ou la décharge des batteries de propulsion en cas de surchauffe anormale. Durant le fonctionnement sur batteries, la puissance moyenne absorbée par les variateurs et les moteurs est d'environ 60 kW. La propulsion hybride d'Helios devrait ainsi permettre d'éviter le rejet de 20 tonnes de CO2 par an.