Pêche
Hénaff : à 43 ans, le bolincheur La Sardane entame une nouvelle vie
ABONNÉS

Actualité

Hénaff : à 43 ans, le bolincheur La Sardane entame une nouvelle vie

Pêche

Le chantier naval Hénaff, au Guilvinec, vient d’achever la refonte de La Sardane. Le bolincheur, qui appartient au jeune patron Jérémie Gourret, sera mis à l’eau ce jeudi matin au port de Saint-Guénolé (Penmarc’h).

C’est une première dans l’histoire du chantier naval Hénaff. Les travaux sur La Sardane ont été délocalisés sur le port de Saint-Guénolé. L’entreprise guilviniste n’avait guère le choix. Son hangar est occupé depuis l’été dernier par le Kervily II. Ce langoustinier (14,90 m) construit au Guilvinec en 1983 subit actuellement une refonte complète. Résultat, c’est la SAS Diougoant qui a herbergé le bolincheur. Les travaux ont duré plusieurs mois.

Une trentaine de personnes mobilisées sur ce chantier

La partie haute de l’étrave a été remplacée, la cale a été modernisée et le pont de travail a été changé. Le bateau a reçu également une nouvelle passerelle (timonerie et cuisine) plus confortable et adaptée aux contraintes de cette pêche. L’architecture et les études ont été réalisées par la Coprexma située à Pont-l’Abbé. Les charpentiers de marine du chantier Hénaff ont été épaulés par ceux de la SAS Diougoant (entreprise également chargée de la motorisation). De nombreuses entreprises locales sont intervenues au chevet de La Sardane, du remplacement des cuves à la réfection de l’installation électrique et électronique. « En tout, une trentaine de personnes ont été mobilisées sur ce chantier », précise Pauline Hénaff-Jézéquellou qui a repris le flambeau après le départ de son père, Jacques, l’an dernier. La crise sanitaire ? « Elle n’a pas vraiment impacté le déroulement des travaux », confie la jeune femme âgée de 28 ans.

 

Le bateau a reçu une nouvelle passerelle (timonerie et cuisine) plus confortable et adaptée aux contraintes de cette pêche (Le Télégramme - Steven Lecornu)

Le bateau a reçu une nouvelle passerelle (timonerie et cuisine) plus confortable et adaptée aux contraintes de cette pêche (Le Télégramme - Steven Lecornu)

 

« Normalement, il est reparti pour 20 ans »

C’est un grand lifting, en somme, pour ce navire construit en 1977 chez les Charpentiers Associés au Guilvinec. Une seconde vie même. La Sardane a déjà connu cinq patrons ! Il a d’abord porté le nom Ker Men Meur, avant d’être reconverti par Christian Scuiller comme bolincheur sous le nom L’Aigle de la mer. Le bateau appartient désormais à Jérémie Gourret depuis décembre 2016. Le jeune patron âgé de 30 ans l’avait racheté à l’armement Arcobreizh. « Je l’ai exploité pendant trois saisons mais il devenait vieillissant », explique le Penmarchais. « Il pêchait bien mais c’est le moment de le faire évoluer. Normalement, il est reparti pour 20 ans », ajoute-t-il. L’équipage est composé de sept marins. La saison a débuté. Le patron espère que Le Sadarne (15,40 m), dont le port d’attache est Saint-Guénolé, sera opérationnel à la mi-juillet. En attendant, une étape cruciale est programmée ce jeudi matin : la mise à l’eau du bateau. Elle devrait avoir lieu vers 9 h 30. Une imposante grue sera déployée pour mener à bien la délicate mission. C’est toujours un événement. Il devrait y avoir du monde sur les quais de Saint-Guénolé.

Un article de la rédaction du Télégramme