Défense
Hermès : DCNS et le ministère de la Défense signent la convention de mise à disposition

Actualité

Hermès : DCNS et le ministère de la Défense signent la convention de mise à disposition

Défense

La convention de mise à disposition de la Marine nationale du patrouilleur Hermès, actuellement construction sur le site DCNS de Lorient, à été signée hier au salon Euronaval. Les documents relatifs à cette opération novatrice ont été signés par Hervé Morin, ministre de la Défense, l'amiral Pierre-François Forissier, chef d'état-major de la Marine nationale, et Patrick Boissier, président de DCNS. Concrètement, le groupe naval réalise sur fonds propres le bâtiment, première application concrète de sa nouvelle gamme de corvettes et OPV de la famille Gowind. Une fois livré, fin 2011, le navire sera mis à la disposition pendant trois ans de la marine française, qui l'armera avec un équipage et l'utilisera pour ses besoins. DCNS pourra, de son côté, bénéficier de l'exploitation d'un navire éprouvé à la mer, apporter des améliorations éventuelles en fonction du retour d'expérience et, surtout d'une plateforme « labellisée » par la Marine nationale.

L'amiral Forissier, Hervé Morin et Patrick Boissier  (© : DCNS)
L'amiral Forissier, Hervé Morin et Patrick Boissier (© : DCNS)

Un partenariat « gagnant-gagnant »

C'est la première fois qu'une initiative de ce genre est menée en France. « Cette convention représente une forme innovante de coopération entre l'Etat et un industriel privé. La mise à disposition auprès de la Marine nationale de ce patrouilleur hauturier a pour objectif d'obtenir une qualification « sea proven » (éprouvé en opérations) pour ce produit, ce qui conférera à DCNS un atout sans équivalent pour la promotion de Gowind à l'international », souligne le groupe naval français. L'objectif est, notamment, de démontrer sur les théâtres d'opérations la pertinence et la valeur opérationnelle des navires du type Gowind pour des missions actuelles et émergentes : surveillance de zone, lutte contre la piraterie et le terrorisme, police des pêches, lutte contre les trafics de drogue, préservation de l'environnement, aide humanitaire, recherche et sauvetage en mer, sécurité maritime... Pour l'amiral Forissier, il s'agit d'un « accord gagnant-gagnant » puisque l'industriel construit un « navire sur ses fonds propres pour définir le concept et montrer son savoir-faire. Nous prenons le navire, nous le mettons en oeuvre, nous lui donnons le label Marine nationale et nous acquérons une expérience opérationnelle à la mer sur ce type de bâtiment ». Pour la flotte française, c'est aussi une manière de regarnir ses rangs en matière de petit bâtiments, alors que les désarmements de patrouilleurs se succèdent et leurs remplaçants se font attendre. Rue Royale, on espère d'ailleurs que des initiatives comme Hermès pourront se développer à l'avenir, afin pourquoi pas de renforcer les programmes classiques d'acquisition. Compte tenu des contraintes budgétaires, il ne serait par exemple pas étonnant que, dans les prochaines années, la marine finisse, comme elle le fait déjà pour les remorqueurs de sauvetage et les bâtiments antipollution, par louer des plateformes aux industriels.

OPV du type Gowind  (© : DCNS)
OPV du type Gowind (© : DCNS)

Un bâtiment de 87 mètres

Long de 87 mètres pour un déplacement d'environ 1000 tonnes, Hermès constitue l'entrée de gamme de la famille Gowind, qui comprend différents modèles. Les plus lourds affichent un déplacement de 2500 tonnes et embarquent un radar multifonctions, des missiles antinavire ou encore un système surface-air. Hermès sera, quant à lui, doté d'une artillerie légère, d'un système de lutte Polaris et d'un radar de navigation. Capable d'atteindre 21 noeuds et présentant une autonomie de 8000 nautiques à vitesse économique, ce patrouilleur pourra rester trois semaines en haute mer et sera armé par une trentaine de marins (avec une capacité supplémentaire de 30 passagers. Il disposera d'une plateforme et d'un abri pour hélicoptère, ainsi que d'un système de mise à l'eau d'embarcations rapides par le tableau arrière.

Naval Group | Actualité industrie navale de défense Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française