Défense
Hervé Guillou : « DCNS doit accélérer son développement à l’international »

Actualité

Hervé Guillou : « DCNS doit accélérer son développement à l’international »

Défense

En attendant de dévoiler fin juillet son grand plan stratégique pour les années à venir, le groupe naval français, sous l’impulsion de son nouveau patron, arrivé à l’été 2014, poursuit sa mutation. « Toute la société se remet en ordre de marche. La nouvelle organisation est en place et nous en voyons déjà les effets sur le management et les programmes », assure Hervé Guillou.

Barracuda sur les rails, clarification pour les bâtiments de surface

Les difficultés rencontrées sur les sous-marins nucléaires d’attaque du type Barracuda, l’un des chantiers les plus complexes du moment, ont ainsi été surmontées. Le programme a franchi de nouvelles étapes permettant de confirmer la tenue du dernier calendrier, avec une mise à flot du Suffren fin 2016/début 2017 et une livraison de cette tête de série à la Marine nationale en 2018.

Alors que les études sur la prochaine génération de sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) vont pouvoir être lancées, la situation s’est également clarifiée dans le domaine des bâtiments de surface. Après des années d’incertitudes, le programme des frégates multi-missions (FREMM) est désormais figé. Certes, il n’y aura au final que 8 bâtiments français de ce type, contre 17 jusqu’en 2008 et 11 après cette date. Mais cette réduction de voilure permet de lancer avec deux ans d’avance le programme des frégates de taille intermédiaire (FTI), vital pour permettre à DCNS de se maintenir dans la compétition internationale. C’est l’une des décisions actées dans le cadre de l’actualisation de la Loi de Programmation Militaire.

Livraison de la FREMM égyptienne à la fin du mois

Dans le même temps, la vente d’une seconde FREMM à l’export, l’Egypte ayant après le Maroc retenu ce modèle, ajoute une unité dans le plan de charge du site DCNS de Lorient. Compte tenu des délais de livraison très courts souhaités par Le Caire, il a en effet fallu prélever une unité sur le stock de la marine française. L’ex-Normandie, en cours d’adaptation aux standards égyptiens à Lorient, sera livrée à la fin du mois. « En contrepartie, nous allons construire une frégate supplémentaire et, pour tenir nos engagements d’avoir livré six FREMM à la Marine nationale d’ici 2019, la cadence de production va être accélérée. C’est une bonne nouvelle pour Lorient, la construction d’une frégate de ce type représentant 2 millions d’heures de travail ». Alors que la

Naval Group | Actualité industrie navale de défense