Défense
Hervé Guillou : « Sans supériorité technologique, on ne gagne pas la guerre »

Rencontres

Hervé Guillou : « Sans supériorité technologique, on ne gagne pas la guerre »

Défense

Alors que la 25ème édition du salon Euronaval s’ouvre aujourd’hui au Bourget, DCNS dévoilera comme les nombreux autres industriels présents différentes nouveautés, que nous vous ferons découvrir au fil de la semaine. En attendant, Hervé Guillou, président du groupe naval français, revient sur la situation du marché du naval de défense, les grandes évolutions attendues et certains dossiers chauds, comme la revente de STX France.

Quelles sont les grandes tendances du moment ?

HERVE GUILLOU : Le paysage stratégique est marqué par deux grands phénomènes. D’abord, le retour des Etats puissances. Les Chinois lancent par exemple trois frégates par mois alors que le budget russe est en augmentation de près de 20% depuis plusieurs années. Les tensions internationales sont fortes, entre la Chine, les Etats-Unis et la Russie notamment, et on ne peut pas complètement écarter l’hypothèse de conflits de haute intensité.

Comme l’a récemment dit le général De Villiers, il y a dans ce contexte une évidente nécessité de maintenir et renouveler la composante de dissuasion nucléaire française, et la capacité pour la Marine nationale d’opérer des frégates de premier rang.

Dans le même temps, on voit aussi une démultiplication des zones d’instabilité. Le dernier Livre blanc envisageait deux à trois zones d’intervention permanentes pour la marine, mais n

Naval Group | Actualité industrie navale de défense