Défense
Hervé Morin : « L'aéronautique navale a toute sa place dans nos armées »

Actualité

Hervé Morin : « L'aéronautique navale a toute sa place dans nos armées »

Défense

Au moment où la constitution d'unités communes entre l'armée de l'air et la marine pour la mise en oeuvre du Rafale est à l'ordre du jour, certains s'inquiètent d'une éventuelle disparition, à terme, de l'aéronautique navale. Dans une interview accordée au magazine Air & Cosmos, à l'occasion du Salon du Bourget, Hervé Morin assure que celle-ci ne disparaîtra pas. « Nous cherchons à développer des synergies à travers une organisation la plus efficiente possible. Il vaut mieux exploiter les communalités air-marine du Rafale. Pour autant, l'aviation de combat embarquée est pérenne avec le porte-avions Charles de Gaulle et, plus tard, le PA2, dont la décision de réalisation est reportée à 2011-2012 », explique le ministre de la Défense. Selon Hervé Morin : « Cette réorganisation, en particulier des moyens de maintenance, ne revient pas à faire disparaître l'aéronautique navale, qui a toute sa place dans nos armées ».
Le ministère de la Défense ne semble donc pas vouloir aller trop loin dans le « mariage » entre aviateurs et marins. Peut-être l'exemple britannique y est-il pour quelque chose. La fusion, au début des années 2000, des escadrons de Harrier de la Fleet Air Arm et de la Royal Air Force s'est, en effet, révélée très dommageable pour les capacités et le maintien des compétences britanniques en matière de mise en oeuvre d'un groupe aéronaval. La marine nationale, confrontée à une baisse de ses effectifs, peine déjà à maintenir un savoir-faire très pointu. Puiser dans le potentiel de ces maigres moyens ou réduire encore le parc au profit d'autres composantes serait, aux yeux de certains, particulièrement dangereux pour l'efficacité et la crédibilité de l'outil aéronaval.
______________________________________

- Voir le site d'Air & Cosmos

Aéronavale Marine nationale