Défense
Hervé Morin : « Une grande puissance ne peut pas se passer d'un porte-avions »

Interviews

Hervé Morin : « Une grande puissance ne peut pas se passer d'un porte-avions »

Défense

En déplacement hier sur le porte-avions Charles de Gaulle, qui poursuit son entrainement après 15 mois d'arrêt technique, le ministre de la Défense a insisté sur l'intérêt de ce type de navire. « Dans six mois (le temps d'opérer la remise à niveau opérationnelle du groupe aéronaval, ndlr), le Charles de Gaulle pourra, de nouveau, assurer ses missions de présence, de dissuasion, de projection de puissance et de protection de la population. Ce sont des missions indispensables. Je suis convaincu qu'une grande puissance ne peut pas se passer d'un porte-avions. Car c'est un élément de liberté et de projection de puissance considérable », a affirme Hervé Morin devant l'équipage du Charles de Gaulle (voir les images de la visite après l'interview).
Cette déclaration intervient alors que le projet de second porte-avions, permettant d'assurer la permanence du groupe aéronaval pendant les indisponibilité du Charles de Gaulle, est dans tous les esprits. Renvoyée à 2011/2012 par Nicolas Sarkozy, la décision de construire ce bâtiment dépendra de la volonté politique, des capacités financières du pays, mais aussi, à n'en pas douter, de la situation des chantiers de Saint-Nazaire. Dernier grand constructeur civil du pays, l'entreprise est actuellement en grande difficulté. Alors que le chef de l'Etat a promis, en septembre dernier, qu'il n

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française Interviews