Défense
Hoplite : Le nouveau concept de missile de MBDA

Actualité

Hoplite : Le nouveau concept de missile de MBDA

Défense

Frapper, notamment depuis la mer, des cibles terrestres à longue distance, dans un environnement aérien très encombré et en minimisant les dommages collatéraux. C’est l’objectif que se sont fixés des ingénieurs de MBDA dans le cadre de Concept Visions, un programme annuel de R&D lancé en 2010 par le groupe européen. Il s’agit, pour un concept d’emploi donné, d’imaginer ce que sera un futur missile en intégrant des technologies qui seront mâtures dans 25 ans.

 

Pendant 5 mois, une équipe de MBDA a travaillé sur le sujet afin de présenter aujourd’hui le CVS 302 Hoplite, un missile destiné au traitement de cibles terrestres et répondant aux besoins comme à l’environnement qui prévaudront probablement en 2035. « La première étape de la réflexion a été de comprendre ce qui changerait dans le champ de bataille d’ici 2035 et contraindrait notre système », explique Morgan Ossola, chef de projet Concept Visions chez MBDA. Première constatation : le champ de bataille devrait être beaucoup plus encombré, voire congestionné, tout en étant plus confus, avec un impact direct sur les systèmes d’armes. D’abord, en termes de dommages collatéraux, avec des populations civiles situées à proximité immédiate des zones de combat, une situation dont sauront tirer avantage les ennemis potentiels. « Il faut donc prévoir des armes d’une précision extrême et avoir un compromis entre la létalité et les risques de dommages collatéraux ».

 

 

 

 

Voler bas pour ne pas gêner les opérations aériennes et surprendre l’adversaire

 

 

De plus en plus, il faudra également traiter la problématique dite de « déconfliction 3D ». Car le développement des nouveaux outils militaires aboutit à une congestion de l’espace aérien. En plus des avions et hélicoptères s’ajoutent désormais  les drones, mais également l’artillerie de longue portée. Ainsi, les canons mettent en œuvre des  projectiles à trajectoire balistique, qui atteignent une altitude de plus en plus importante avec l’accroissement progressif de leur portée (un obus de 155mm tiré sur une cible située à une cinquantaine de km s’élève à environ 10km d’attitude, alors que les roquettes des systèmes GMLRS atteignent 20 km d’altitude). « On arrive à un moment où les projectiles traversent toutes les couches de l’espace aérien. C’est très gênant pour les opérations aériennes et terrestres puisqu’il faut

MBDA | Toute l'actualité du missilier européen