Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

Hôtel de la Marine : L’Etat-major quitte le bord

Défense

Une page d’histoire se tourne. Après avoir occupé les murs de l’Hôtel de la Marine pendant 226 ans, l’Etat-major de la flotte française a fait ses cartons et quitte à partir d’aujourd’hui la rue Royale pour s’installer dans ses nouveaux locaux parisiens, sur le site de Balard. Le déménagement, prévu pour durer trois jours, doit être achevé vendredi et concerne 395 personnes, dont le grand patron, l’amiral Rogel, qui quittera le bord jeudi. Une manoeuvre de grande ampleur nécessitant une organisation très fine et planifiée comme une opération, le transfert de l’état-major devant être mené à bien au plus vite, sans rupture de la chaîne de commandement et avec le moins d’impact possible sur le fonctionnement des services. 

Au-delà de la logistique, il y a bien entendu de l'émotion et de nombreux marins disent avoir un « pincement au cœur » en faisant leurs adieux à la place de la Concorde. Toutefois, le grand départ se fera finalement sans cérémonie. Car, à l'instar des vieilles coques qu'elle laisse partir sans tambour ni trompette une fois leur service achevé, la marine regarde l’avenir et n’a pas l’intention de s’appesantir sur le passé. C'est un peu rude, mais c'est ainsi. 

 

L'amiral Rogel prenant ses fonctions dans la cours de l'Hôtel de la Marine en 2011 (© : MARINE NATIONALE)

L'amiral Rogel prenant ses fonctions dans la cours de l'Hôtel de la Marine en 2011 (© : MARINE NATIONALE) 

 

A Balard, la Marine nationale va rejoindre l’armée de l’Air, installée depuis la fin du mois de mai, ainsi que l’Etat-major des Armées et le Centre de Planification et de Conduite des Opérations (CPCO), qui ont déménagé ce mois-ci. Les autres entités du ministère de la Défense, dont l’état-major de l’armée de terre, prendront quant à eux possession du nouveau site à partir de la rentrée.

320.000 m² pour rassembler le ministère de la Défense

Regroupant les principaux services de la Défense française, le « Pentagone à la française », aussi surnommé « Balardgone », est un énorme complexe de 320.000 m² implanté dans le 15ème arrondissement de Paris. Il comprend trois entités architecturales : les immeubles de bureaux de la « Corne Ouest », le coeur du ministère au centre, autour des hautes autorités et des centres opérationnels ; ainsi que les immeubles rénovés de la Cité de l'Air, à l'Est. Tout comme l’armée de l’Air et l’armée de Terre, la Marine nationale y dispose de son propre bâtiment, mais un certain nombre de services sont mutualisés et gérés en interarmées.

 

Le nouveau site de Balard (© : MINISTERE DE LA DEFENSE)

Le nouveau site de Balard (© : MINISTERE DE LA DEFENSE) 

 

Pour les marins, comme pour les aviateurs et soldats, ce transfert à Balard constitue une petite révolution et un véritable challenge auquel les militaires se préparent depuis maintenant quatre ans. Ultramoderne, le nouveau site répondra bien mieux aux besoins des armées que les anciens locaux, dont l’Hôtel de la Marine, qui au-delà de son superbe cachet historique devenait vétuste et n’était plus adapté au fonctionnement comme à l’organisation d’une force armée du XXIème siècle. Certaines choses ne changent toutefois pas et les marins, qui avaient l’habitude d’arpenter le complexe dédale des « coursives » du monument historique, vont maintenant devoir s’adapter à un autre labyrinthe. Balard compte en effet pas moins de 27 kilomètres de couloirs…

Quel avenir pour l’ancien état-major ?

Concernant l’Hôtel de la Marine, après un débat houleux autour de son devenir, il a été décidé de le confier au Centre des Monuments Historiques. Ce dernier s’est engagé à mettre en valeur et ouvrir au public les espaces les plus prestigieux du site, dont ses magnifiques salons.

 

Le salon des Amiraux (© : MARINE NATIONALE)

Le salon des Amiraux (© : MARINE NATIONALE) 

 

Une partie des bâtiments devrait quant à elle être transformée en bureaux. Quant au rez-de-chaussée, son sort n’est pas encore fixé. Alors que l’Hôtel de la Marine, compte tenu de son emplacement géographique en plein Paris, suscite de nombreuses convoitises, le projet d’implantation d’un centre dédié à la gastronomie française a suscité de très vives oppositions de la part des « conservateurs ». Ceux-ci avaient déjà repoussé l’idée d’y installer un hôtel de luxe et réclament que le caractère historique et maritime de l’Hôtel soit préservé. Sauf qu’il va bien falloir aboutir à une viabilité financière du site, qui ne sera évidemment pas atteinte avec les seuls visiteurs des salons, si beaux soient-ils. L’édifice, qui s'étale sur 22.000 m², dont 5800 m² d'espaces habitables comprenant 552 pièces, va en outre nécessiter d’importants travaux de rénovation, qu’il faudra bien financer.

 

Le salon Marie-Antoinette (© : MARINE NATIONALE)

Le salon Marie-Antoinette (© : MARINE NATIONALE) 

 

Un haut lieu historique

Considéré comme l'un des chefs d'œuvres de l’architecte Jacques-Ange Gabriel, chargé par Louis XV d'aménager la place qui porta le nom du roi avant de devenir celle de la Concorde, l'Hôtel de la Marine a été édifié de 1757 à 1774. Doté d'une façade identique à celles des hôtels Crillon et Coislin, dont il est séparé par la rue Royale, le bâtiment a d’abord servi de garde meubles. Y étaient stockés, entretenus et restaurés le mobilier, les tapisseries, les luminaires et les objets de décoration les plus précieux des demeures royales. On pouvait également y admirer les joyaux de la couronne, qui y furent dérobés en 1792.

 

Le péristyle donne sur la place de la Concorde (© : MARINE NATIONALE)

Le péristyle donne sur la place de la Concorde (© : MARINE NATIONALE) 

 

L'Hôtel de la Marine et le Crillon connaissent leur premier grand évènement historique en 1778. C'est en effet dans leurs murs qu'est signé, le 6 février, le Traité d'Amitiés et d'Echanges entre le roi de France et les treize Etats Indépendants d'Amérique. Par ce traité, Louis XVI reconnaît l'indépendance des colonies britanniques et la France, avec un corps expéditionnaire mené par La Fayette et la flotte conduite par l’amiral De Grasse, apportera une aide décisive aux insurgés américains. Lorsque le roi est contraint suite à la révolution de s’installer à Paris, en octobre 1789, le ministère de la Marine, créé par Colbert en mars 1669, quitte lui aussi Versailles pour sa nouvelle demeure. L'Etat major s'y installera 17 ans plus tard.

 

Le salon diplomatique (© : MARINE NATIONALE)

Le salon diplomatique (© : MARINE NATIONALE) 

 

En 1848, l'Hôtel de la Marine voit la signature de l'acte d'abolition de l'esclavage, projet porté par le sous-secrétaire d'Etat à la Marine de l'époque, Victor Schœlcher. Cet acte politique majeur mettra progressivement fin à la « traite des noirs », dont 14 millions d'hommes, femmes et enfants furent victimes.

En 1961, le Secrétariat d'Etat à la Marine cesse d'exister et l'ensemble des composantes militaires est regroupé au sein du ministère des Armées, qui prend ensuite le nom de ministère de la Défense. L'Hôtel de la Marine avait depuis continué d'abriter l'Etat-major de la flotte. 

 

 

Marine nationale