Science et Environnement

Fil info

Huître plate et langouste rouge : l’Ifremer lance deux expérimentations

Science et Environnement

L’Ifremer est impliqué dans deux projets scientifiques menés en parallèle sur deux espèces en déclin, l’huître plate et la langouste rouge. Deux types de récifs artificiels sont ainsi en cours d’immersion en rade de Brest  pour étudier l’implantation des larves et leur colonisation progressive par ces deux espèces emblématiques.

Des récifs artificiels en rade de Brest pour sauver l’huître plate 

Seule espèce native d’Europe, l’huître plate est en déclin. Fleuron de l’ostréiculture bretonne, elle affichait dans les années 1960 une production de 20 000 tonnes. Suite à deux maladies parasitaires, la production s’est effondrée à 2000 tonnes dans les années 1980 et ne s’est jamais redressée depuis. Cette espèce est aussi exploitée par la pêche à la drague. Là aussi, les stocks sauvages sont au plus bas.

Les principaux gisements sauvages présents en Bretagne sont situés dans la baie de Quiberon et dans la rade de Brest, mais leur état est dégradé. Un programme de recherche porté par le Comité régional conchylicole (CRC) de Bretagne sud et baptisé Forever (Flat Oyster Recovery) a été initié pour mieux connaître la biologie de cette espèce et notamment mieux comprendre la dynamique de ces gisements. L’objectif est également de mettre au point des solutions

IFREMER | Actualité de l'institut de recherche marine