Construction Navale

Actualité

Hurtigruten : L’entrée en service du Roald Amundsen retardée

Construction Navale
Croisières et Voyages

Lancé le 17 février au chantier Kleven d’Ulseinvik, en Norvège, le Roald Amundsen n’entrera finalement pas en service comme prévu en octobre prochain. Premier d’une nouvelle série de navires d’expédition destinés à la compagnie norvégienne Hurtigruten, il a été commandé avec son sistership, le futur Fridtjof Nansen, en juillet 2016. A l’époque, la tête de série devait être livrée en juillet 2018. Mais le projet, complexe, avait déjà pris trois mois de retard. Il est de nouveau retardé, l’armateur ayant été contraint d’annuler le premier voyage du navire. Toutes les croisières qui avaient été mises en vente sur l’hiver 2018/2019 ont disparu des systèmes de réservation d’Hurtigruten, avec pour commencer la saison inaugurale du Roald Amundsen en Antarctique. Il n’est désormais plus possible de réserver un voyage à bord avant mai 2019, pour une croisière entre Lisbonne et Hambourg, qui précède un itinéraire entre le port allemand et la côte norvégienne, où le navire doit être exploité à l’été 2019.

Ces voyages font normalement partie du parcours de repositionnement du Roald Amundsen entre l’Antarctique et la Norvège, ce qui peut signifier qu’Hurtigruten conserve l’espoir d’exploiter son nouveau fleuron vers le continent blanc l’hiver prochain et a simplement gelé les ventes en attendant d’avoir confirmation de la date de livraison du bateau. L’entrée en service de son sistership demeure pour l’instant programmée en juillet 2019, avec des croisières vers les fjords norvégiens et le Spitzberg. Le Fridtjof Nansen doit lui aussi, ensuite, rejoindre l’Antarctique pour la saison d’hiver 2019/2020.

Longs de 140 mètres pour une largeur de 23.6 mètres et une jauge de 20.889 GT, ces navires de 265 cabines adoptant un design Rolls-Royce disposent d’une coque renforcée pour naviguer dans zones polaires. Capables d'atteindre 15 noeuds, les Roald Amundsen et Fridtjof Nansen seront équipés d’une propulsion hybride. La solution, également fournie par Rolls-Royce, comprend quatre moteurs semi-rapides Bergen B33:45 équipés de scrubbers (systèmes de lavage des fumées), des batteries qui permettront de réduire la consommation globale en optimisant la demande énergétique lors des pics de charge, tout en permettant de brèves navigations en mode complètement électrique (sans bruit ni rejet polluant).

 

Hurtigruten Kleven Maritime