Croisières et Voyages
Hurtigruten : les derniers passagers ont été débarqués aux Malouines

Actualité

Hurtigruten : les derniers passagers ont été débarqués aux Malouines

Croisières et Voyages

La compagnie norvégienne Hurtigruten ne compte désormais plus aucun croisiériste à bord de ses navires. Le dernier bateau d’expédition qui avait encore des passagers à son bord, le Roald Amundsen, a pu les débarquer aux Malouines. En tout, quelques 400 personnes (dont une trentaine de Français) été rapatriées depuis Port Stanley le 25 mars, via deux vols affrétés. Le retour en Europe s’est fait via Santiago, Londres, Dublin et Paris pour les Français, un périple rendu long et compliqué mais rendu obligatoire par les contraintes très fortes pesant sur les liaisons aériennes actuellement. « Tout s’est bien passé et nous avons de nombreux clients qui nous ont remercié à leur retour », explique-t-on chez Hurtigruten.

La situation était pourtant complexe à gérer pour la compagnie, qui avait annoncé le 18 mars sa décision de suspendre temporairement ses activités à cause de crise du coronavirus. Mais elle avait alors encore des navires achevant des croisières longues, notamment vers l’Antarctique. Dont le Roald Amundsen, qui après trois semaines de voyage devait initialement débarquer ses passagers à Punta Arenas le 17 mars. Sauf qu'au moment où il arrivait au large du port chilien, ce dernier a été fermé, et le débarquement des passagers a été refusé bien qu’aucune suspicion de Covid-19 ne soit signalée à bord. Hurtigruten est parvenu à obtenir des autorités chiliennes la possibilité d’effectuer un avitaillement en vivres et combustible par barges, mais l’armateur a été obligé de trouver une alternative pour rapatrier les passagers du navire. Ces derniers ont finalement passé une semaine de plus à bord. Jusqu’à ce que le gouverneur des Malouines accepte de recevoir le Roald Amundsen, après un autre navire d’Hurtigruten, le Fram, qui avait pu débarquer la semaine précédente ses passagers dans l’archipel britannique du sud de l’océan Atlantique.

Pour la suite, le Roald Amundsen, qui a quitté Port Stanley le 26 mars, devrait doucement remonter l’Amérique latine via la côte Pacifique, afin de se repositionner pour être prêt, si les conditions le permettent, pour sa saison en Alaska, qui doit débuter en mai (ce qui est très incertain vu la situation actuelle). Quant au Fram, parti le 18 mars des Malouines, il devait après sa saison antarctique bénéficier d’une importante rénovation, qui sera probablement renvoyée à plus tard, comme d'autres investissements prévus par la compagnie norvégienne. 

Désormais, l’activité commerciale d’Hurtigruten se limite à un service minimum sur l’Express côtier dans le cadre de la délégation de service public pour la desserte des ports norvégiens. Seuls deux des onze navires qui y sont habituellement affectés continuent de naviguer, essentiellement pour du transport de fret, sans touristes et cela sur une rotation courte ne desservant que la partie nord du pays, entre Bodø and Kirkenes.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Hurtigruten | Actualité de la compagnie norvégienne