Marine Marchande
Hurtigruten va développer l’alimentation électrique à quai

Actualité

Hurtigruten va développer l’alimentation électrique à quai

Marine Marchande
Croisières et Voyages

La compagnie norvégienne a décidé de développer l’alimentation électrique terrestre dans le cadre du service de l’Express côtier. L’objectif est de réduire les émissions polluantes dans les ports où ses navires font des escales assez longues pour pouvoir stopper leurs machines et, le temps des opérations, se brancher sur le courant à quai. Dans cette perspective, Hurtigruten profite de la rénovation cette année de quatre de ses navires au chantier norvégien Fosen Yard pour les équiper des dispositifs adéquat. Remis en service fin février après un mois de travaux, le Kong Harald (1993) est le premier à pouvoir mettre en œuvre le système (voir notre reportage sur le navire). Alors que le Polardlys (1996) vient lui aussi de sortir de refonte, les Nordkapp (1996) et Nordnorge (1997) seront également modernisés d’ici la fin de l’année.

 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

 

Six navires rapidement équipés

D’ici la fin du premier semestre, trois navires utiliseront le courant à quai lors de leurs escales à Bergen, qui s’est équipé à cet effet. « L’alimentation à quai à Bergen, où les navires d’Hurtigrurten restent à quai 8 heures par jour durant l’hiver et 5.5 heures au cours de l’été, permettra de réduire les émissions annuelles de CO2 de presque 130 tonnes par navire. La réduction annuelle des émissions de NOx (oxyde d’azote, ndlr) est estimée à approximativement 2.5 tonnes », précise la compagnie norvégienne, qui compte rapidement disposer de six navires équipés.

D'autres ports après Bergen

Le dispositif doit également être étendu à d’autres ports, comme Trondheim et Tromso. « Pour réussir le virage environnemental en mer, les partie prenantes du secteur maritime doivent coopérer et s’engager sur des objectifs. Les compagnies, les ports, les équipementiers et les politiques doivent œuvrer dans la même direction. Une combinaison de mesures incitatives et de règlementations doit guider le développement d’une industrie plus verte. L’alimentation à quai doit être également disponible ailleurs et nous espérons que notre initiative se traduira par des actions rapides dans d’autres ports norvégiens en plus de Bergen », souligne Daniel Skjeldam, directeur général d’Hurtigruten.

Pour mémoire, la compagnie exploite 11 navires sur la ligne de l’Express côtier, qui dessert toute l’année 34 ports norvégiens, de Bergen au sud à Kirkenes au nord. 

Hurtigruten