Croisières et Voyage
Hurtigruten veut reprendre ses activités en juin

Actualité

Hurtigruten veut reprendre ses activités en juin

Croisières et Voyage

Même s’il est prudent, l’optimisme est de rigueur pour Daniel Skjeldam, président de la compagnie norvégienne Hurtigruten. « Nous vivons une période compliquée et incertaine, notre industrie, celle du voyage, va profondément changer. Mais nous allons en sortir renforcés ». Dans une visio-conférence tenue hier depuis Oslo, Daniel Skjeldam a dressé les grandes lignes de ce à quoi pourrait ressembler le reste de l’année pour Hurtigruten dont seuls deux navires naviguent actuellement dans le cadre d’un service public côtier restreint de desserte des ports du nord de la Norvège. Tous les autres sont désarmés depuis plusieurs semaines. « Nous n’avons eu aucun cas de Covid à déplorer sur nos navires », souligne le président qui attribue ce phénomène notamment « aux mesures drastiques d’hygiène que nous pratiquons depuis très longtemps sur notre flotte. Nous avons l’habitude de travailler dans des environnements sensibles et nous sommes extrêmement stricts sur toutes les mesures sanitaires et de biosécurité sur nos navires ».

Depuis le début de la période de pandémie et l’arrêt des activités, Hurtigruten a réduit ses frais de fonctionnement au minimum, n’a pas bénéficié d’aides publiques du gouvernement norvégien, sans doute puisque « nous avons effectué des résultats records en 2018 et 2019 » et s’est préparé à reprendre les activités « au plus vite ». Et « nous sommes prêts pour redémarrer dès le mois de juin pour des croisières Express côtier en Norvège ». C’est la première étape que la compagnie envisage, « à la faveur de la levée des restrictions de voyages pour nos clients qui est pour l’instant l’inconnue principale ». Le programme des croisières a été modifié avec l’annulation du passage du Nord-Ouest, des navigations en Alaska et un positionnement « européen » cet été du Roald Amundsen qui rejoindrait ensuite directement l’Antarctique en octobre-novembre. Le Fridtjof Nansen pourrait maintenir ses navigations au Groenland cet été. Le Svalbard resterait aussi au programme d’Hurtigruten.

En ce qui concerne la sécurité sanitaire à bord, Hurtigruten a déjà mis en place des procédures d’hygiène et de distanciation sociale spécifiques, « nous les avons en partie déjà testés sur nos deux bateaux toujours en opération dans le nord de la Norvège, en liaison constante avec les autorités de la Santé ». Pas de buffet à bord, des opérations d’embarquement et de débarquement calibrées, pas de rassemblement, il assure que « la distanciation sociale peut être pleinement assurée à bord de nos navires dont la capacité est, après tout, celle d’un hôtel de taille petite à moyenne ». Les passagers devront fournir un certificat médical « ce que nous pratiquons déjà systématiquement sur nos croisières polaires ». « Nous vérifierons les endroits d’où ils arrivent », précise Daniel Skjeldam qui, en bon scandinave, « fait confiance aux Etats dont nos clients sont ressortissants pour juger de leur capacité sanitaire de maîtrise du virus ». La compagnie envisage quand même l’achat de tests pour un dépistage à l’embarquement. « La technologie autour des tests va très vite ici en ce moment. Nous devrions pouvoir en être rapidement équipés en grand nombre ».

« Je suis à 100% sûr que les gens vont vouloir voyager à nouveau et que le format de nos navires, avec des destinations authentiques, dans des endroits peu peuplés et dans le respect de l’environnement, est celui qui correspond à cette demande. Le tourisme de masse va mettre plus longtemps à s’en remettre, c’est évident ». 

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Hurtigruten | Actualité de la compagnie norvégienne